Accueil CultureCinéma Tomboy sur Arte : les intégristes remontent en selle

Tomboy sur Arte : les intégristes remontent en selle

par Arnaud Bihel

TomboyPas question de s’arrêter aux écoles et aux bibliothèques. Les dérangés du genre s’en prennent à la diffusion télévisée du film Tomboy.


 

Le film Tomboy de Céline Sciamma sera diffusé ce mercredi 19 février sur Arte. De quoi replacer sur le devant de la scène la lutte de mouvements traditionalistes contre ce remarquable film, parce qu’il montre une fille s’interrogeant sur son identité. Depuis plusieurs mois déjà, des groupes de pression s’en prennent à la diffusion de Tomboy dans le cadre du programme ‘Ecole et cinéma’ ; Les Nouvelles NEWS l’évoquaient en décembre.

Sa diffusion sur Arte ne passe donc pas inaperçue et les milieux intégristes qui se sont sentis pousser des ailes à l’occasion de la mobilisation contre le « mariage pour tous » poussent les hauts cris.

Ainsi, ce lundi 17 février, le très catholique institut Civitas invite à faire pression sur la chaîne pour empêcher la diffusion de ce qu’il considère comme un « film de propagande pour l’idéologie du genre ».

L’institut Civitas ne manque pas une occasion d’attiser la haine sur les sujets touchant à la question du « genre ». Sans craindre d’utiliser les armes du mensonge et de la manipulation.

Le 15 février, le site diffusait l’histoire de parents allemands emprisonnés parce qu’ils refusaient que leur enfant participent à des cours d’éducation sexuelle. La vidéo sur ce sujet diffusée sur le site de Civitas, qui ressemble à un reportage télévisé, est en fait issue d’un autre site d’extrême-droite, conspirationniste, Klagemauer.tv. Et elle n’est même pas d’actualité puisqu’elle date de septembre 2013.  Nous racontions fin janvier comment les intégristes déformaient la réalité de cette affaire allemande. Le tout sur fond de masturbation fantasmée (Freud, si tu passes par là)…

Quelques jours plus tôt le site de Civitas publiait des « scandaleuses photos de l’éducation sexuelle telles qu’enseignée dans nos écoles publiques ». Gros mensonge, là encore, comme le relève le site Debunkers de hoax, spécialisé dans les manipulations des extrêmes-droites.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

La peur du genre éloigne l’égalité femme/homme

Les « ABCD de l’égalité » au Vatican ?

Le rapport Lunacek et les nouveaux mensonges des « anti-genre »

« Anti-genre » : les manipulations passent les frontières

Les dérangés du genre à l’assaut des écoles

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

4 commentaires

be 18 février 2014 - 11:31

ce film est déjà passé sur Canal il y a quelques mois, et c’est un film admirable. Il est réaliste, simple et surtout il dédramatise. Je suis vraiment tombée des nues quand j’ai vu les réactions qu’il provoquait. Regardez ce film si vous ne l’avez déjà vu.
La fin est super : à défaut d’avoir un petit copain, le personnage secondaire gagne une bonne copine… et la vie continue.

Répondre
Mike 19 février 2014 - 05:18

C’est quand même marrant…
Quand les  » tenants de l’ordre moral » fascisants, réactionnaires et obscurantistes se bougent pour défendre ce à quoi ils croient, vous criez au scandale comme des vierges effarouchées…
Mais quand vous tous qui formez la clique gauchisante boboisée et « homophile » vous vous agitez pour défendre vos propres « valeurs » (?), vous leur déniez le droit de s’insurger à leur tour…
Est ce que vous vous rendez compte combien vous êtes ridicules?

Répondre
isabelle germain 19 février 2014 - 08:13

« Mike »
C’est quand même marrant…
Quand les  » tenants de l’ordre moral » fascisants, réactionnaires et obscurantistes se bougent pour défendre ce à quoi ils croient, vous criez au scandale comme des vierges effarouchées…
Mais quand vous tous qui formez la clique gauchisante boboisée et « homophile » vous vous agitez pour défendre vos propres « valeurs » (?), vous leur déniez le droit de s’insurger à leur tour…
Est ce que vous vous rendez compte combien vous êtes ridicules?

les Civitas ne se contentent pas d’exprimer une opinion, ils veulent empêcher la diffusion du film. Ce n’est pas la même chose.

Répondre
taranis 19 février 2014 - 09:30

Notre identité a une racine originelle. L’être humain existe en tant que lui-même, sans coutume ni religion. Lorsque l’individu comprend qui il est sur la base de cette universalité, il n’a pas besoin de revendiquer des droits, parce qu’il a l’autonomie de protéger lui-même son intégrité. Le religieux brime cette autonomie et asservit la femme. Ne pas avoir de principe signifie défendre la liberté d’expression avant de défendre la liberté d’être. Comment prétendre à une liberté de conscience lorsque la coutume précède l’être dans sa définition ? Le choix de la censure par la peut donner une certaine légitimité aux intégristes qui tentent d’intimider les égalitaristes Faut-il alors s’attendre, à ce que vous empêchiez un jour des femmes d’affirmer face a la Société que toutes les religions sont misogynes et combattent le droit des femmes à l’égalité, parce ce que des individus et des groupes estimeraient que de tels propos sont « blessants, insultants ou violents » L’émancipation féminine est une évolution qui a été interprétée par certains acteurs catholiques et de droite comme l’introduction de la « théorie du genre » à l’école. Mais il y a comme un décalage manifeste entre l’air du temps, les débats stériles et souvent oiseux autour de cette « théorie du genre » et ses supposés funestes desseins sur les enfants, et la diversité intellectuellement vivifiante des études historiques sur le genre aujourd’hui. En effet, le genre fait peur. Valoriser la construction culturelle du sexe reviendrait, à nier la différence et la dualité des sexes inscrites dans la biologie. Il y a comme une crainte obsessionnelle masculine que la femme ne perde son caractère féminin. Tout effort pour dépasser les déterminismes biologiques est soupçonné. Pourtant aucun domaine aujourd’hui ne peut éviter l’analyse en terme de genre.

Répondre

Laisser un commentaire