Accueil Médias Toujours des miettes pour les femmes dans les médias

Toujours des miettes pour les femmes dans les médias

par Arnaud Bihel

CSOJA la télévision et à la radio, les femmes restent sous-représentées, selon la dernière analyse du CSA. Dans l’information, plus de 4 personnalités sur 5 sont des hommes. Et les femmes n’occupent que le quart du temps de parole des invités des magazines.


 

Pas de progrès à l’antenne. Selon une analyse en deux volets du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) dévoilée mercredi 23 octobre, les femmes restent rares dans les émissions d’information, à la télévision et plus encore à la radio.

Une première étude, menée avec l’INA (Institut national de l’audiovisuel) porte sur « la présence des femmes dans les émissions d’information ». Ou plutôt, la place des personnalités – ayant bénéficié d’au moins 3 passages à l’antenne – dans les médias audiovisuels au cours du premier trimestre 2013. Plus de 800 journaux télévisés et de 350 journaux radiophoniques analysés, pour un constat sans appel.

Personnalités en télé et radio : moins d’une femme pour quatre hommes

Sur les chaînes de télévision généralistes, seules 18% des personnalités apparues à l’antenne sont des femmes. Seule France 3 dépasse le seuil de 20%. Au final, l’étude observe que « les femmes politiques sont les seules ou quasiment à bénéficier de médiatisation à la télévision et à la radio ». Et elles sont « totalement absentes de certains domaines » comme l’économie, le sport… et même la santé, un thème pourtant considéré comme plus féminin.

CSAFemmesJT

Sur les chaînes d’information en continu, c’est un tout petit peu mieux : 20% de personnalités féminines en moyenne. En revanche, en radio, la proportion tombe à 17%. Pire : aucune femme n’a bénéficié d’au moins trois passages sur les antennes d’Europe 1 (qui en évoquant l’étude, oublie de se faire l’écho de cette situation), RMC ou de RTL. Elles sont 5, contre 15 hommes, à avoir affirmé leur présence à l’antenne de France Inter… uniquement des femmes politiques : Marisol Touraine, Geneviève Fioraso, Aurélie Filippetti, Cécile Duflot et Angela Merkel.

Moins d’une femme pour quatre hommes : ce constat renvoie à celui dressé par l’Ina pour l’année 2012 : 18,8% des femmes dans les journaux télévisés des 6 chaînes généralistes. Ou à celui que faisait en 2011 la Commission sur l’image des femmes dans les médias dans un domaine plus précis : elle comptait 18% d’expertes sur les plateaux…. Et ceux du GMMP depuis 1995.

Un plus grand « émiettement » du temps de parole des femmes

Dans une seconde étude, le CSA s’est penché sur « le temps de parole des femmes dans les magazines de plateau ». Pour un constat plus positif à première vue : sur la quinzaine d’émissions, 84h12 de programmes, étudiées sur une période de deux semaines en mars 2013, les femmes occupaient 30% du temps de parole.

Une fois encore, le bonnet d’âne revient au magazine « C dans l’air » sur France 5, qui reste réfractaire aux expertes : sur les deux semaines d’analyse du CSA les hommes y occupaient 84% du temps de parole.

Le groupe France Télévisions s’est engagé en juillet à ce que, fin 2014, ses émissions de plateau (parmi lesquelles « C dans l’air ») comptent au moins 30% de femmes parmi les experts. Un signe d’espoir ? Elles étaient 6 parmi les 20 invités des 5 dernières éditions de l’émission, 30% tout juste…

Il ne s’agit toutefois pas ici que des expertes : 40% des chroniqueurs et 20% des présentateurs sont des femmes, mais le temps de parole de ces professionnelles des médias est proportionnellement plus élevé : les chroniqueuse occupent 45% du temps de parole, les présentatrices 30%.

Mais la situation est inversée chez les représentants de la société civile à qui ces émissions donnent la parole. Les femmes représentent 29% des invités en plateau, et encore moins de leur temps de parole : 25%. Elles comptent pour 23% des intervenants qui apparaissent dans les reportages, mais avec seulement 20% du temps de parole. Le CSA y voit « l’effet cumulatif d’une plus faible présence à l’antenne et d’un temps de parole encore diminué par rapport à celui des hommes. »

Autre constat de cette étude : un plus grand « émiettement » du temps de parole des femmes, qui dans un débat interviennent en moyenne plus souvent, mais moins longtemps que les hommes.

Conclusion du CSA, en forme de mise en garde aux chaînes : « l’augmentation du nombre de femmes présentes en tant qu’invitée et/ou intervenante extérieure est le seul moyen d’engager un cercle vertueux permettant de faire progresser aussi leur temps de parole en durée et qualité de présence à l’antenne, et donc leur poids dans les débats. »

 

L’occasion de se (re)plonger dans notre dossier :

Cherche femmes à l’antenne

 

Photo : « Doit-on se ressembler pour vivre ensemble dans le même pays ? » On en parlait… entre hommes, le 18 octobre sur le plateau de « Ce soir ou jamais » (France 2)

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

Aurélie 25 octobre 2013 - 06:52

La nouvelle émission « Jusque là tout va bien » (France 2) était sympathique au départ: 2 hommes et 2 femmes, 1 présentatrice. Mais les habitudes sont revenues depuis une semaine: 2 chroniqueurs supplémentaires, les 2 femmes coincées entre eux à devoir sourire. Notamment lorsque Laurent Baffie les traite de connasses.

Répondre

Laisser un commentaire