Accueil Culture Tourner la page des livres en rose ou bleu

Tourner la page des livres en rose ou bleu

par Arnaud Bihel

Au Royaume-Uni, une nouvelle campagne contre le marketing genré vise les livres pour enfants. Objectif : éviter qu’ils soient spécifiquement étiquetés « pour garçons » et « pour filles ».


Les livres ne doivent pas enfermer filles et garçons dans des univers formatés. C’est le message que lance la nouvelle campagne de « Let toys be toys ». L’association qui se bat déjà avec un certain succès contre le marketing genré des jouets et dans les magasins a lancé début mars sa déclinaison « Let books be books », qui s’adresse aux éditeurs et aux libraires. Plusieurs auteurs, deux grands éditeurs (Parragon et Usborne) ainsi qu’un grand libraire (Waterstones), lui ont déjà apporté leur soutien, relève The Guardian.

Exemple de cette dissociation genrée : un livre de coloriage pour « les jolies filles », un autre pour « les garçons brillants ».

Bookcovers 556x313

Les livres genrés « envoient des messages très calibrés aux enfants sur ce qui serait approprié pour les garçons et les filles. D’un côté les couvertures bleues, associées aux thèmes de l’aventure, des robots, de l’espace, des camions et des pirates, de l’autre une profusion de rose pour des paillettes, des fées, princesse, fleurs et autres papillons. Mais les intérêts des enfants vont bien au-delà », souligne la pétition associée, lancée au début du mois, qui a recueilli près de 4 000 signatures à ce jour.

Ce marketing genré des livres pour enfants n’a rien d’une spécificité britannique. Bien au contraire En France les collections en rose et bleu font florès.

LivresJeunesse

« En la matière, Fleurus excelle, avec leurs collections P’tite fille et P’tit garçon [Exemple ci-dessus, NDLR]. Mais ce ne sont pas les seuls. Vous avez aussi Les quatre fleuves, ou Hachette », relevait une libraire le 8 juin dernier dans un article que Libération consacrait justement à cette question (Voir aussi sur Les Nouvelles NEWS : Les niches genrées de la littérature jeunesse).

 

Et le marketing genré, ce n’est pas que pour les enfants, comme le montrait pas plus tard que la semaine dernière le Stabilo pour femme.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Stéréotypes : 10 catalogues de Noël à la loupe

Avec Talents Hauts, Laurence Faron veut piétiner les clichés

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire