Tunisie : verdict « a minima » pour des policiers violeurs

par Arnaud Bihel

Deux policiers accusés de viol ont été condamnés à 7 ans de prison ferme, lundi 31 octobre, par un tribunal de Tunis. Un troisième policier, qui avait participé en retenant le petit ami de la victime, écope de 2 ans de prison.
C’est l’épilogue judiciaire d’une affaire qui avait fait grand bruit à l’automne 2012. Car la jeune femme violée avait dans un premier temps été accusée d’atteinte à la pudeur pour avoir été surprise en « position immorale » avec son compagnon dans une voiture (Voir : Violée et accusée, scandale en Tunisie).
Ses avocats dénoncent aujourd’hui un verdict « a minima » à l’encontre des policiers. L’une d’elles estime que « 
Cette peine trop clémente pour un viol collectif risque d’encourager un sentiment d’impunité ». Selon cette avocate citée par RFi, la défense a fait valoir lors du procès, qui s’est tenu à huis-clos, des « considérations religieuses et morales », afin de « discréditer la jeune femme et de la culpabiliser afin de ne pas discuter des faits. »

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Le Brésil face à la culpabilisation des femmes

Partager cet article

Laisser un commentaire