Accueil CultureCinémaCannes 2022 Un tiers des films cannois sont signés de réalisatrices

Un tiers des films cannois sont signés de réalisatrices

par Valérie Ganne
Le 12 mai 2018, 82 femmes de cinéma montaient les marches,
première action organisée par le Collectif 50/50
(©Georges Biard, WikiCommons)

Au Festival de Cannes qui s’ouvrira le 17 mai prochain, 108 longs métrages seront montrés dans toutes les sélections. Les films réalisés ou co-réalisés par des femmes sont au nombre de 35, soit près d’un tiers. En majorité dans les sélections parallèles.

La semaine dernière, nous en étions restés aux récentes divisions du Collectif 50/50 militant pour l’égalité dans le monde du cinéma et de l’audiovisuel. Suite à l’Assemblée Générale houleuse du 23 avril (article ici), les derniers membres du Conseil d’administration ont démissionné. De nouvelles élections sont prévues, qui auront sans doute lieu après le festival de Cannes.

Cette année, parmi les 108 longs métrages qui seront projetés en mai prochain sur la Croisette, 35 sont signés ou co-signés par des réalisatrices : un tiers, c’est mieux que la proportion des films réalisés par des femmes en Europe (20% selon une étude récente de l’Observatoire Européen de l’audiovisuel). Mais une fois de plus, cette moyenne cache des disparités : les sections parallèles sont les plus « vertueuses » avec 42% à 45% de films femmes, quand la sélection officielle, pourtant riche de près de 70 films, plafonne à 25%.  

A la Semaine de la critique, c’est la première sélection de la jeune journaliste Ava Cahen et de son comité, qui se concentre sur sept premiers et deuxièmes films : on y découvrira trois réalisatrices, Charlotte Wells, Emmanuelle Nicot et Cristèle Alvès Meira, auxquelles s’ajoute Céline Devaux en séance spéciale.

La sélection de la Quinzaine des réalisateurs fait le grand écart entre le premier film de la comédienne Charlotte Lebon et celui de l’écrivaine Annie Ernaux : un documentaire co-réalisé avec son fils David Ernaux-Briot. Les nouveaux opus d’Alice Winocour, Mia Hansen-Løve et Léa Mysius côtoient les premiers films d’inconnues : la chilienne Manuela Martelli, l’espagnole Elena López Riera et les américaines Anna Rose Holmer et Saela Davis.

Toujours à la Quinzaine, Kelly Reichardt recevra un Carrosse d’or pour son œuvre (sept longs métrages dont le magnifique First Cow) avant de rejoindre le Palais des Festivals pour son nouveau film Showing up en compétition officielle. La compétition est le Graal de la sélection officielle qui compte 69 films (à ce jour, car de nouvelles informations tombent encore) : Compétition officielle, Un Certain Regard, Cannes Premières et Séances spéciales comptent 17 films signés ou co-signés de réalisatrices. Sans pouvoir toutes les citer ici, nommons simplement les quatre qui accompagnent Kelly Reichardt au sein des 21 films de la compétition : Claire Denis, Valeria Bruni Tedeschi, Charlotte Vandermeersch avec Felix Van Groeningen. La cinquième « élue » et benjamine s’appelle Leonor Serraille. Elle a reçu la Caméra d’Or (meilleur premier film toutes compétitions confondues) en 2017, pour Jeune femme.

Un an plus tard, en 2018 donc, 82 femmes se tenaient sur les marches du Palais des Festivals, symbolisant le nombre de réalisatrices venues en compétition depuis la première édition en 1946 : 82 femmes pour 1 688 hommes. Soit moins de 5%. Face à ce chiffre, force est de constater que ça avance lentement, mais parce qu’on part de très loin !

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire