Accueil Politique Une femme maire ? Plutôt chez les autres

Une femme maire ? Plutôt chez les autres

par Arnaud Bihel

A Paris, les femmes têtes de liste PS et UMP se trouvent surtout dans les arrondissements ingagnables. Selon un sondage, les Français veulent voir davantage de femmes maires. Mais pas trop.


Où l’on reparle de parité à l’approche des élections municipales des 23 et 30 mars. Sur l’affiche, à Paris, les femmes ont le beau rôle. Au-delà des figures de proue Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet, la parité est de mise chez les têtes de liste dans les arrondissements, au PS comme à l’UMP. Chez les socialistes, 10 femmes et 10 hommes, et l’UMP met même en avant 11 femmes et 9 hommes.

Mais dans le détail, la situation est bien plus déséquilibrée, remarquent Les Echos. En effet, « les femmes sont envoyées d’abord en terrain hostile, dans des terres aux couleurs de l’adversaire. » Un grand classique. Sur les 11 cheffes de file de l’UMP, seules 3 sont en situation de l’emporter. Au PS, elles sont 5 sur 10 dans ce cas.

Municipales encore avec ce sondage Ifop pour le magazine Femme Actuelle. On y apprend que 70% des Français (disons plutôt des 1004 sondés) souhaitent voir davantage de femmes au poste de maire.

Moins d’un tiers pour « beaucoup plus de femmes » maires

Encore heureux. Actuellement, on ne compte en France que 14% de femmes à la tête des conseils municipaux. Et dans le détail du sondage, on constate que seules 30% des personnes interrogées souhaitent voir « beaucoup plus de femmes » maires ; 40% des sondés se contenteraient d’« un peu plus », ce qui ne mange pas de pain. On compte même 9% d’hommes – et 3% de femmes – à répondre qu’ils aimeraient que moins de femmes dirigent un conseil municipal.

Autre constat pas vraiment reluisant : quand ils sont directement concernés, les sondés sont plus frileux. Un femme maire pour leur commune ? 54% des sondés (48% des hommes et 59% des femmes) sont d’accord.

Et en 2001, ils étaient 67% à répondre par l’affirmative. Un recul de 13 points en 13 ans ? L’institut Ifop veut y voir, « davantage qu’un regain de conservatisme, une évolution positive : les progrès de la parité en politique (notamment au travers des contraintes législatives) apparaissent assez importants aujourd’hui pour que cette question ne fasse pas l’objet d’une posture revendicatrice aussi forte. » Le fameux «
mythe de l’égalité déjà là dont parle» Christine Delphy…

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire