Une seule femme dans le nouveau gouvernement australien

par Arnaud Bihel

Et ce n’est pas vraiment une surprise. Selon une élue, la faible féminisation est un « problème systémique » de la droite australienne de retour au pouvoir.


 

L’annonce de la composition du gouvernement du nouveau Premier ministre australien, le conservateur Tony Abbott, n’a pas manqué de soulever les critiques. En cause : la présence d’une seule femme, Julie Bishop (aux Affaires étrangères), parmi les 20 principaux membres de ce gouvernement.

Leader par intérim de l’opposition travailliste, Chris Bowen, dénonce un « recul » et fait observer que l’Australie compte moins de femmes ministres que l’Afghanistan. Le précédent gouvernement travailliste était dirigé par une femme, Julia Gillard, avant que les caciques du parti la poussent vers la sortie pour tenter de reprendre la main à quelques semaines des élections législatives – sans succès. Son bref successeur, Kevin Rudd, avait donné une large place aux femmes dans son gouvernement.

Désolé, je ferai mieux la prochaine fois

Régulièrement accusé de misogynie (par Julia Gillard elle-même), Tony Abbott s’est dit « absolument désolé qu’il n’y ait pas plus de femmes » dans son équipe mais demande de la patience car, assure-t-il, il y a « des femmes très talentueuses qui frappent à la porte ».

Mais au sein même de ses troupes ce gouvernement très masculin fait grincer des dents. La sénatrice Sue Boyce juge dans « cette statistique choquante et embarrassante une tâche indélébile », qu’elle met sur le compte d’un « problème systémique » au sein de la droite australienne.

 

Partager cet article

1 commenter

ajuga 18 septembre 2013 - 07:22

« je ferais mieux la prochaine fois », j’adore ce genre de propos.
C’est demain que l’on rase gratis, ou après-demain, enfin un autre jour….

Répondre

Laisser un commentaire