Accueil DiversNouvelles brèves A Valérie Rabault les clés du Budget à l’Assemblée

A Valérie Rabault les clés du Budget à l’Assemblée

par Arnaud Bihel

RabaultL’ancienne spécialiste des risques de marché chez BNP Paribas, députée PS depuis 2012, devient la première femme à ce poste stratégique.


 

Valérie Rabault, a été désignée, mardi 15 avril, rapporteure générale du Budget de l’Assemblée nationale. La députée socialiste du Tarn-et-Garonne devient la première femme à occuper ce poste

Le nom de Valérie Rabault, 41 ans, avait circulé une semaine plus tôt pour le poste de Secrétaire d’État au Budget, finalement octroyé à Christian Eckert… dont elle prend la succession à l’Assemblée en tant que rapporteure du Budget. Elle était la seule candidate après le retrait de Dominique Lefebvre.

Avant Valérie Rabault à l’Assemblée, une femme était pour la première fois devenue rapporteure du budget au Sénat. C’était Nicole Bricq à l’automne 2011. Le poste est « stratégique », car « véritable courroie de transmission entre les élus et le gouvernement sur les questions budgétaires et fiscales », notent Les Echos.

« Militante de la reconquête »

Étiquetée à la gauche du PS, Valérie Rabault siégeait à la Commission des finances de l’Assemblée, dont elle occupait une des quatre vice-présidences. En duo avec Karine Berger, elle a mené un groupe de travail sur « les réformes fiscales et pouvoir d’achat ». C’est également avec Karine Berger qu’elle a écrit en 2011 le livre « Les Trente Glorieuses sont devant nous », qui lui avait à l’époque valu le surnom de « militante de la reconquête ». Deux ans après, elles récidivaient, et publient ensemble « La France contre-attaque : Ces entreprises qui inventent le millénaire », un livre « loin des pleurnicheries habituelles du Medef et de l’élite patronale médiatisée », affirmait à l’époque Alternatives économiques.

Issue du secteur bancaire, Valérie Rabault a quitté en 2011 son poste de spécialiste des risques de marché chez BNP Paribas, pour se consacrer à la politique. Elle était élue de justesse en 2012 à l’Assemblée Nationale. « Sans filet » cranait-elle gentiment dans les pages de Libération en janvier.

Matheuse et économiste au lycée déjà, elle avait tenu à faire une prépa scientifique car elle n’y voyait pas assez de filles. Députée, elle a fait le tour des lycées de sa circonscription pour inciter les filles à investir les filières scientifiques.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire