Accueil Sport Vendée Globe : les navigatrices à sec

Vendée Globe : les navigatrices à sec

par Arnaud Bihel
Vendée Globe
Vendée Globe

Vendée Globe 2012-2013 : Tanguy de Lamotte sur Initiatives-cœur. Essais pour le baptême du bateau (réglage de la bouteille). Par Sylvain NGR [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

27 hommes, aucune femme, au départ du prochain Vendée Globe. La faute au manque de soutien des sponsors, accuse la navigatrice Dee Caffari. Qui n’est pas la première à faire ce constat.

«  Plateau sportif au plus haut niveau, pas moins de neuf nations représentées », l’édition 2016 du Vendée Globe s’affiche comme « l’édition de tous les records ». Ce sont 27 skippers qui étaient officiellement inscrits, mercredi 3 février, à l’heure de la présentation de la prochaine édition de la prestigieuse course à la voile autour du monde en solitaire et sans escale, qui s’élancera en novembre prochain. Mais dans un message la navigatrice Dee Caffari a pointé du doigt un autre record plus désolant : « Première fois depuis bien longtemps il n’y a aucune femme. Triste. »

En commentaire la navigatrice, 6ème de l’épreuve en 2009, livre cette explication : le Vendée Globe n’y est pour rien, c’est que « malheureusement aucune d’entre nous n’a pu obtenir de sponsoring suffisant ».

Elle n’est pas la première à asséner cette évidence. En 2014 Florence Arthaud livrait le même constat avant le départ de la 10ème Route du Rhum. « C’est la même chose pour toutes les grandes épreuves qui coûtent cher : il est toujours aussi difficile pour une femme de trouver un budget ».

Voir : Dans la voile, les sponsors ne se mouillent pas pour les femmes

Comme le rappelle La Croix, le dernier vendée Globe à ne s’être joué qu’entre hommes remonte à 1996, cinq éditions. Mais les navigatrices ont toujours été très rares sur la course. Une seule femme avait participé à la dernière édition en 2012 : Samantha Davies. Mais sa participation « s’était jouée à peu », relève La Croix. Le sponsor habituel de son compagnon avait choisi de lui confier la barre, avec l’arrière-pensée que les retombées publicitaires seraient plus profitables avec l’unique femme de la course. »

La navigatrice Anne Liardet avait tenté de se lancer dans cette édition 2012 du Vendée Globe. Mais avait dû jeter l’éponge, faute d’avoir trouvé suffisamment de partenaires pour financer son projet « Egalité ».

Voir : Le projet d’Égalité sur le Vendée Globe tombe à l’eau

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Volvo Ocean Race : « une nouvelle vague de femmes dans la course au large »

Les navigatrices de la Team SCA, premières à Lorient

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire