Accueil Société Violences sexuelles : des chiffres et du déni

Violences sexuelles : des chiffres et du déni

par Arnaud Bihel

nonnonQuand un sondage met en avant l’ampleur des violences sexuelles, et notamment du viol conjugal, certains continuent de nier la réalité du phénomène.


 

Dans un sondage réalisé auprès de 2000 Belges, hommes et femmes, près de la moitié des personnes interrogées (46%) disent avoir été victimes au cours de leur vie de violences sexuelles jugées « graves ». Une femme sur quatre s’est fait ou se fait imposer des relations sexuelles forcées par son conjoint. Et elles sont 13% à déclarer avoir subi un viol en dehors du couple.

Ces chiffres ont été publiés le 18 février par Amnesty International Belgique, dans le cadre de sa campagne « Quand c’est non, c’est non », qui sera lancée le 6 mars. Et s’inscrit dans le cadre de la campagne internationale « Mon corps, mes droits ».

L’un des mots d’ordre est de libérer la parole. Car le sondage souligne également qu’à peine 16 % des victimes de violences sexuelles graves ont déposé plainte. Et que 40% n’ont jamais entrepris la moindre démarche, même celle d’en parler à une connaissance.

D’autant que ceux qui minimisent ces violences sexuelles n’hésitent pas, eux, à prendre la parole, comme l’observe L’avenir.net. Le site relève que, sur les forums et dans les commentaires des articles consacrés à ces chiffres, nombre d’hommes nient la réalité et rejettent la notion de viol conjugal, pourtant puni par la loi dans la quasi-totalité des pays d’Europe.

Sur le continent, plus de 10% des femmes disent avoir été victimes de violences sexuelles avec usage de la force (Voir : Les eurodéputés veulent un droit commun contre les violences de genre). En France, chaque année environ 200 000 femmes déclarent avoir subi des violences sexuelles.

Dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé, les violences conjugales, physiques ou sexuelles, concernent 30% des femmes (Voir : Une femme sur trois violentée : un problème mondial « d’ampleur épidémique »).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Sexisme ordinaire, les langues se délient

‘Violez-la’ : la provoc de Naouri ne passe pas

Violences : les professionnels de santé manquent de formation

« Je déclare avoir été violée » : le manifeste dans « l’Obs »

Le viol, de la famille à la cour d’assises

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire