Accueil International Vogue Italie : la mort vous va si bien

Vogue Italie : la mort vous va si bien

par Arnaud Bihel

VogueItaliaPour évoquer les violences domestiques, la rédactrice en chef de Vogue Italie a choisi de frapper un grand coup avec une série de photos d’un goût plus que douteux. Polémique.

 


 

« C’est comme regarder un film d’horreur », annonce nonchalamment Franca Sozzani dans un entretien avec le quotidien britannique The Independent.

Le racisme, les catastrophes écologiques… Vogue Italie a l’habitude de créer la controverse avec les thèmes choisis pour ses couvertures. Pour le numéro d’avril, c’est la violence domestique qui s’étale sur papier glacé, dans une série de photos au glamour dérangeant, où des femmes couvertes de sang, mais habillées en Prada (on est quand même dans Vogue…) hurlent sous la menace d’un agresseur armé.

« De toute façon, l’horreur de ce qui se passe dans la vraie vie dépassera toujours ce que montre la fiction », balaie en une phrase Franca Sozzani. Une fiction qui ici se veut « cinématographique », s’inspirant de scènes du film The Shining ou de la série d’épouvante American Horror Story.

Cette mise en scène glamour de la violence est-elle vraiment la meilleure façon de rappeler que l’année dernière, pas moins de 170 Italiennes sont mortes sous les coups de leur compagnon ?

Le magazine a anticipé les critiques en écrivant dans ce numéro : « Tant pis si nous sommes accusés d’utiliser un grave problème pour nous imposer dans les kiosques  (…) C’est une prise de conscience qui nous pousse à faire du bruit. A notre façon ».

Depuis janvier 2013, l’Italie enregistre un meurtre de femme, commis par un homme, toutes les soixante heures. Des chiffres qui avaient poussé le pays à adopter une loi contre le féminicide à l’été 2013.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

 

Pas de mannequins trop jeunes ? Vogue s’assied sur son serment

 

 

Photo : l’une des images du numéro d’avril de Vogue Italie, sur son site internet. Légende originale :

Natalie Westling @ The Society. Pardessus extensible avec col satin, Moschino. Bas Emilio Cavallini; Jarretière, Melissa Levy; Foulard Alexander Wang. Pour lui : Trench 99 Dreams; pantalon Prada, foulard Church’s.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

09 Aziza 8 avril 2014 - 10:17

la violence domestique EST un film d’horreur! C’est très bien d’ôter au public l’idée que parce que la violence est familiale, elle est aussi « soft »! D’un goût douteux, dites vous ? Qu’est ce qui est d’un goût douteux ? Et puis, la violence touche aussi celles qui s’habillent en Prada….

Répondre

Laisser un commentaire