A deux mois de Copenhague, les pays riches en accusation

Et si le sommet de Copenhague, censé fixer en décembre les engagements des gouvernements mondiaux pour réduire le réchauffement climatique, se soldait par un échec ?

 
 

Ces derniers jours, le pessimisme est de mise. Et pour les observateurs unanimes, les responsables sont les pays développés – Europe et Etats-Unis.

 

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€