Copenhague, efforts exigés

Le spectacle sera politique. Il l'est déjà depuis des semaines. La vedette : Barack Obama, qui s'est longtemps fait désirer avant d'annoncer, il y a deux jours seulement, sa présence à Copenhague le 18 décembre, pour la clôture de la COP-15. Ce jour là, c'est quasiment certain maintenant, les grands de ce monde  -  110 chefs d'Etats et de gouvernements sont annoncés - parviendront à s'engager sur les grandes lignes d'un traité, avec des objectifs de réductions d'émissions de gaz à effet de serre (GES), et des engagements financiers. Mais le texte contiendra encore nombre de détails…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php