Copenhague, efforts exigés

Le spectacle sera politique. Il l'est déjà depuis des semaines. La vedette : Barack Obama, qui s'est longtemps fait désirer avant d'annoncer, il y a deux jours seulement, sa présence à Copenhague le 18 décembre, pour la clôture de la COP-15. Ce jour là, c'est quasiment certain maintenant, les grands de ce monde  -  110 chefs d'Etats et de gouvernements sont annoncés - parviendront à s'engager sur les grandes lignes d'un traité, avec des objectifs de réductions d'émissions de gaz à effet de serre (GES), et des engagements financiers. Mais le texte contiendra encore nombre de détails à régler, de compromis à négocier. Un traité juridiquement contraignant ne pourra sans doute être conclu que dans 6 mois…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php