Gamberge espagnole et tambouille française avant Copenhague

Vendredi à Bruxelles, la chancelière allemande Angela Merkel résumait ainsi la situation : « Il est réaliste de dire que nous ne pourrons pas conclure un traité à Copenhague. Mais il est important de créer un cadre de travail politique qui sera la base d'un traité. » Une annonce faite à l'issue du conseil des chefs d'Etat européens, qui ont fait de nouvelles propositions chiffrées : des aides mondiales de 5 à 7 milliards d'euros par an les trois prochaines années, montant progressivement pour atteindre 100 milliards annuels en 2020 – des aides moitié publiques, moitié…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php