Accueil Eco & SocialBien-être et richesses 10 indicateurs de progrès pour penser au-delà du PIB

10 indicateurs de progrès pour penser au-delà du PIB

par Arnaud Bihel

Le CESE et France Stratégie présentent un tableau de bord de 10 indicateurs, économiques, sociaux et environnementaux, pour que la croissance du PIB ne soit plus le seul juge de l’efficacité des politiques publiques.


 

Un tableau de bord pour penser autrement le progrès. Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a adopté mercredi 24 juin une résolution sur un tableau de bord d’indicateurs complémentaires au Produit intérieur brut (PIB).

Ce tableau de bord de 10 indicateurs (voir plus bas) a été élaboré en partenariat entre le CESE et l’organisme France Stratégie, en s’appuyant également sur des expert-e-s et des consultations publiques. Une concertation sur les sites des deux organismes  a recueilli 5000 interventions.

« Soyons francs, nous ne sommes pas particulièrement avancés en France » sur la question indicateurs de bien-être, admet Jean Pisany-Ferry, Commissaire général de France Stratégies. Et ce, malgré l’élan provoqué en 2009 par le rapport Stiglitz-Sen-Fitoussi (Voir le dossier spécial des Nouvelles NEWS sur les indicateurs de richesse).

Juger et orienter l’action publique

Ce tableau de bord, est forcément discutable, admettent ses constructeurs (le FAIR, Forum pour d’autres indicateurs de richesses a d’ailleurs fait part de ses réticences dès le 30 mars). Discutable, comme le sont toutes les tentatives, ailleurs dans le monde, qui cherchent à mesurer la richesse au-delà du PIB. C’est lui en tout cas, espère le CESE, qui alimentera le rapport que le Gouvernement devra remettre chaque année au Parlement. La loi du 13 avril 2015, proposée par la députée Eva Sas, prévoit en effet que soit annexé aux futures lois de finances un rapport intégrant « de nouveaux indicateurs de richesse, tels que des indicateurs d’inégalités, de qualité de vie et de développement durable ». 

> Voir : La loi sur les nouveaux indicateurs de richesse définitivement adoptée

Un tableau de bord, mais pour quoi faire ? « S’il est régulier, et reçoit suffisamment de publicité, un indicateur devient un élément permettant de juger l’action publique, et donc d’orienter cette action », souligne Jean Pisani-Ferry.

Trois exemples, parmi les 10 indicateurs retenus, montrent que les politiques publiques seraient effectivement bien inspirées de les prendre en compte.

– L’espérance de vie en bonne santé à la naissance. Contrairement à l’espérance de vie, elle a tendance à diminuer : de 62,3 ans en 2005 à 61,8 ans en 2010 pour les hommes, de 64,6 à 63,5 ans pour les femmes.
> Voir : On vit plus longtemps… avec des problèmes de santé

– Les inégalités, dont l’indicateur retenu prend en compte les « écarts de revenus ». Et plus précisément le rapport de la masse des revenus détenus par les 10% les plus riches et celle détenues par les 10% les plus pauvres.
Cette donnée n’est pour l’heure pas celle qui est le plus mise en avant en matières d’inégalités. Au point que les Nouvelles NEWS ont dû aller fouiller dans les tableaux de l’INSEE pour la dénicher. Elle est pourtant parlante : ce taux d’inégalité, entre la masse des revenus des 10% les plus riches et des 10% les plus pauvres, n’a cessé d’augmenter depuis dix ans, passant de 6 en 2003 à 7,38 en 2012.

– Côté diversité, l’indice d’abondance des oiseaux (davantage visible, comme ici sur le site du ministère de l’Ecologie) n’incite pas davantage à l’optimisme, puisque son évolution actuelle « menacerait la diversité de la faune aviaire ».

Prvévoir le présent

Pour être efficaces, ces indicateurs doivent aussi coller au présent, insistent les organismes. Et pour cela, la statistique publique a encore des efforts à faire. Les données sur les inégalités, par exemple, sont produites avec un décalage de plus de deux ans, alors que les chiffres du PIB sont proposés presque en temps réel. Pour l’empreinte carbone, un des trois indicateurs environnementaux retenus, le délai est encore plus long : aujourd’hui, la dernière donnée remonte à 2010.

« La voie du progrès, c’est la prévision du présent (now casting). Pas pour donner des chiffres définitifs, mais pour approcher au mieux l’analyse de la situation présente, sans décalage », insiste Jean Pisani-Ferry. « Après tout, le PIB est lui aussi une estimation, qui est révisée plusieurs fois après coup. Il n’y a donc pas de différence de nature ». Pour Philippe Le Clézio, Secrétaire confédéral CFDT et membre du CESE, « il suffit qu’on se donne les moyens d’avoir les mêmes capacités de prévision en matière sociale et environnementale qu’en matière de croissance économique ».

Lire aussi la Note d’Analyse de France Stratégie

Tableau de bord d’indicateurs complémentaires du PIB

 

THEMES

INDICATEURS

DEFINITION

 

Travail

Taux d’emploi

Taux d’emploi
de la population active
(Voir sur le site de l’INSEE)

Investissement

Patrimoine productif

Actifs productifs physiques et incorporels en % du produit intérieur net

Stabilité financière

Dette

Dette des différents agents économiques non financiers (administrations publiques, entreprises, ménages) rapporté au PIB

 

Santé

Espérance de vie
en bonne santé

Espérance de vie en bonne santé à la naissance
(Voir sur le site d’Eurostat)

Qualité de vie

Satisfaction
à l’égard de la vie

Indice subjectif
de la satisfaction de vie
(sondage annuel Gallup/OCDE)

Inégalités

Écarts de revenus

Rapport de la masse des revenus détenue par les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres

Éducation

Part des diplômés

Taux de diplômés
de l’enseignement supérieur
parmi les 25-34 ans

 

Climat

Consommation carbone

Empreinte carbone

Biodiversité

Abondance des oiseaux

Indice d’abondance des oiseaux

Ressources naturelles

Recyclage des déchets

Taux de recyclage des déchets

 

Si le choix s’est limité à 10 indicateurs, pour une meilleure visibilité, le tableau de bord est complété par des indicateurs complémentaires, « permettant d’approfondir l’analyse ». C’est là qu’on retrouve la seule mention de l’égalité entre les femmes et les hommes : le « taux de participation des femmes aux instances de gouvernance », en complément de l’indice de satisfaction à l’égard de la vie.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire