Accueil International Le 25 mai, l’Irlande pourra dire Oui à l’avortement

Le 25 mai, l’Irlande pourra dire Oui à l’avortement

par La rédaction

Badges de la campagne Together4Yes (https://www.instagram.com/together4yes/)

Pour en finir avec une des législations sur l’avortement les plus restrictives au monde. La date du référendum irlandais sur l’abrogation du 8ème amendement est enfin fixée.


 

Le compte à rebours est lancé. C’est le 25 mai que la population irlandaise se déterminera sur le droit à l’avortement. Le gouvernement vient d’officialiser la date du référendum, dont le principe avait été acquis fin janvier. Les Irlandais et Irlandaises devront dire s’ils et elles sont favorables à l’abrogation du 8ème amendement. Celui-ci, ajouté à la constitution en 1983, érige en principe le « droit à la vie de l’enfant à naître », faisant de la législation irlandaise en matière d’avortement l’une des plus restrictives au monde.

« Le 25 mai, le peuple irlandais aura l’occasion de changer notre constitution – pour faire confiance aux femmes et faire confiance aux médecins », a déclaré le Premier ministre Leo Varadkar. #Together4Yes, « Ensemble pour le Oui », est le mot d’ordre de la campagne pour l’abrogation du 8ème amendement, soutenue par la majorité de la classe politique.

 

Les sondages montrent un avantage significatif pour le Oui. Le dernier en date, publié le 26 mars, donne le Oui à 56%, mais 18% des personnes interrogées se disent encore indécises.

Si le référendum aboutit à l’abrogation du 8ème amendement, il reviendra au Parlement de voter une loi fixant les conditions de l’accès à l’avortement. Le projet de loi du gouvernement prévoit d’autoriser l’IVG sans condition jusqu’à 12 semaines de grossesse.

L’Irlande n’autorise aujourd’hui l’avortement que dans un cas bien précis : quand il existe un « risque réel et considérable » pour la vie de la femme enceinte. Une petite brèche ouverte en 2013, suite au scandale provoqué par le décès de Savita Halappanavar, morte de septicémie après une fausse couche car on lui avait refusé une IVG (Voir : IVG en Irlande : avancée et déception).

 

Laisser un commentaire