Accueil Politique & Société 2GAP, nouvelle étape vers le partage du pouvoir hommes-femmes

2GAP, nouvelle étape vers le partage du pouvoir hommes-femmes

par Isabelle Germain

Le collectif, engagé pour l’accession des femmes à la prise de décision, devient une association et porte des propositions fortes.

2GAP, en anglais signifie « Gender & Governance Action Platform.» En français : une plate-forme pour l’égalité hommes-femmes. Son ambition ?  « La participation effective des femmes à la prise de décision, que ce soit dans le monde économique ou dans celui des institutions publiques.» Car « pour changer la société, il faut avoir le pouvoir de décider. »

Et pour casser le déficit structurel de femmes aux plus hauts niveaux de décision dans le public comme dans le privé, mieux vaut être nombreuses et solidaires. C’est pourquoi la branche française de ce réseau international a d’abord été lancée par un collectif de 37 réseaux de femmes (ou mixtes) du privé et du public. Le lancement a eu lieu avant le premier confinement, début mars 2020. Et aujourd’hui, ce collectif, qui compte 500.000 membres se transforme en association, présidée par Nathalie Pilhes, l’une des initiatrices de 2GAP venant du réseau Administration moderne.  Le collectif, qui s’agrandit avec des associations et entreprises « ami.es » a besoin d’avoir une personnalité morale pour, notamment, développer un outil de gouvernance mondial. Cette plateforme sera présentée, avec les projets de 2GAP, lors du Forum génération égalité en juin prochain.

La nouvelle association a une montagne à gravir. Depuis la création 2GAP en France et la crise sanitaire et économique, la question des femmes aux postes de décision -qui n’a jamais vraiment été une priorité politique- a marqué le pas.

Les médias ont recommencé à considérer que les experts et décideurs ne pouvaient être que des hommes tandis qu’ils renvoyaient les femmes aux soins aux autres. (Lire ILS PENSENT LA GUERRE, ELLES PANSENT LES BLESSURES : LE MONDE SELON LES MÉDIAS). Et la présence des femmes dans les médias a chuté (lire :QUAND LE SEXISME DES MÉDIAS EST DÉNONCÉ)

Les demandes de quotas à la direction des entreprises ont semble-t-il été entendues par la ministre du Travail mais aucun signal pour les traduire dans les faits (Lire : VERS UNE OBLIGATION DE NOMINATION DE FEMMES DIRIGEANTES) Et récemment, plusieurs ministères et collectivités locales ont été épinglés pour non-respect de quotas (pourtant pas inaccessibles) (lire : LA HAUTE ADMINISTRATION SANCTIONNÉE POUR NON-RESPECT DES QUOTAS)

En mai dernier, 2GAP a écrit une lettre au président de la République qui a été publiée par Ouest France . 2GAP était choqué de voir si peu de femmes dans les « comités nationaux d’experts chargés de piloter la crise actuelle et de penser les lendemains » alors que rappelaient-elles, l’égalité femmes-hommes est « la grande cause du quinquennat ». 2GAP a été reçu à l’Elysée fin août pour tirer une sonnette d’alarme, puis l’association a organisé des rencontres avec différents ministères pour  inciter chacun à s’engager sans tarder sur la bonne voie. « Nous ne sommes qu’à la moitié du quinquennat, il ne faut pas tarder à agir» insiste Nathalie Pilhes qui regrette que les chiffres de la parité dans la fonction publique sortent deux ans après avoir été collectés. « Dans la fonction publique comme dans le privé, ces chiffres ont un effet sur la réputation des employeurs, s’il y a un trop grand décalage on est dans un flou qui sera peu suivi d’actions correctives ». Avec 2GAP, elle demande que l’index de l’égalité (dit index Pénicaud ) prévu pour le privé s’applique aussi au secteur public. Mais elle propose des améliorations à cet index. Celui-ci, peut avoir un effet boomerang car, aujourd’hui, il est aisé pour une entreprise d’échapper aux sanctions même si elle ne compte que très peu de femmes à sa direction.

 

La nouvelle association 2GAP a alors élaboré des propositions limpides.

LES PROPOSITIONS DE 2GAP 

Sur les quotas
– Établir des quotas sur tous les emplois de directions et cadres dirigeants
– Dans les secteurs public et privé, et dans les organismes subventionnés

Sur les dispositifs existants
– Créer un index égalité pour le secteur public
– Créer un suivi  externe, via lnfogreffe quant au respect des obligations paritaires dans le secteur privé
– Publier tous les 2 ans les résultats d’une étude de la perception du sexisme, à tous les niveaux, auprès des femmes et des hommes

Sur la mixité des métiers
– Cours obligatoires chaque année à l’école maternelle, primaire, et collège sur l’égalité femmes-hommes
– Conditionner l’attribution d’aides ou de labels aux filières d’excellence scientifique
– Former les enseignants aux pratiques non-sexistes

Sur la parentalité
– Appliquer l’entretien obligatoire de retour de congé maternité aux hommes à leurs retours de congé paternité.
– Allonger et rendre obligatoire le congé paternité et l’établir de même durée que le congé maternité

Sur les stéréotypes dans les médias
– Légiférer non seulement sur la parité dans les médias, mais aussi sur le contenu des médias pour véhiculer une égale représentation
– Conditionner les aides à la presse à la parité à l’intérieur des rédactions.
– Inscrire dans le cahier des charges des attributions de fréquences une obligation de respecter la parité dans les représentations des différentsmétiers à l’antenne

Sur l’entreprenariat féminin
– Rendre obligatoire la publication des fonds allouées aux entreprises dirigées par des femmes et par des hommes au dessus d’un certain montant
– Imposer des % de financement des projets portés par des femmes ou des equipes mixtes  pour les financements publics

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com