Accueil Sans catégorie #3Novembre11h44 : ce qu’il faut savoir sur les écarts de salaires femmes/hommes

#3Novembre11h44 : ce qu’il faut savoir sur les écarts de salaires femmes/hommes

par Arnaud Bihel

15,8% : c’est l’écart de salaire horaire entre les hommes et les femmes en France, et il s’accroît, selon Eurostat. Un autre mode de calcul, version INSEE, donne même un écart plus élevé en équivalent temps plein. Mais dans ce cas il a tendance à se réduire. Explications.


Les femmes en France devraient s’arrêter de travailler ce vendredi 3 novembre à 11h44. C’est à ce moment que, statistiquement, elles cessent d’être payées quand les hommes perçoivent leur salaire jusqu’à la fin de l’année, selon le calcul des Glorieuses qui ont lancé ce mouvement #3Novembre11h44 pour l’égalité salariale.

Un calcul qui s’appuie sur les dernières données d’Eurostat, l’institut statistique européen. L’écart de salaire brut horaire entre les hommes et les femmes en France est estimé à 15,8% en 2015, dernière année pour laquelle des données sont disponibles. Cet écart s’est même creusé : il était de 15,5% les deux années précédentes, et de 15,6% en 2010.

Le salaire brut horaire ici pris en compte permet de gommer les inégalités dues au différences d’heures globales travaillées entre les hommes et les femmes – ces dernières travaillant bien davantage à temps partiel. En revanche, il intègre les différences de secteurs d’activité, de catégories socio-professionnelles (sachant que les métiers les plus féminisés sont souvent ceux qui sont les moins rémunérés) et les évolutions de carrières. Ainsi que la part « inexpliquée » des écarts de salaires hommes/femmes, de l’ordre de 10% selon l’INSEE, l’institut statistique français.

Lire aussi : Ecart de salaire femmes-hommes : ce qui s’explique, et ce qui ne s’explique pas

Cette date du 3 novembre 2017 est également celle de la « journée de l’égalité salariale » à l’échelle européenne. L’écart de rémunération moyen en Europe entre les hommes et les femmes s’élevait en 2015 à 16,3%. Avec des différences très marquées selon les pays. L’écart va de 5,5% en Italie et au Luxembourg à 26,9% en Estonie.

« Au cours des dernières années, l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes est globalement resté inchangé », commentent le premier vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans et les commissaires Marianne Thyssen et Věra Jourová. « Les femmes ont toujours tendance à travailler dans des secteurs moins bien payés, obtiennent moins de promotions et sont sous-représentées dans les postes de direction ».

Salaires mensuels nets en équivalent temps plein : une autre courbe

Une autre estimation « officielle » en France des écarts de salaires entre les femmes et les hommes – celle qu’utilise le gouvernement pour ses « Chiffres-clés » de l’égalité entre les femmes et les hommes actualisés chaque année – prend en compte, cette fois, les salaires mensuels nets en équivalent temps plein (EQTP). Un autre mode de calcul qui gomme également l’effet du temps partiel. Dans ce cas, l’écart apparaît même plus élevé : à 18,6% en 2014.

En revanche, contrairement au salaire brut d’Eurostat, il a tendance à se résorber ces dernières années, puisqu’il s’élevait à 19,9% en 2010.

Pourquoi une telle différence entre ces deux courbes ? Les chiffres d’Eurostat, faits pour être harmonisées au niveau européen, excluent les entreprises de moins de 10 salarié.e.s, et portent sur un échantillon de 300 000 personnes, explique l’INSEE, sollicité par Les Nouvelles NEWS. Les données de l’INSEE, elles, englobent l’ensemble des salarié.e.s et prennent par ailleurs en compte, ce que ne fait pas Eurostat, les autres éléments de rémunération que sont les bonus de fin d’année, 13ème mois et épargne salariale. Il existe aussi quelques différences sur le champ des emplois publics pris en compte.

Par ailleurs, les hommes font plus d’heures supplémentaires que les femmes, et ces heures ont plus de poids dans le calcul du salaire en EQTP que du salaire horaire, explique l’INSEE.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Lène 7 novembre 2017 - 10:06

On attend avec impatience des mesures de notre gouvernement. Pour l’instant, le seul changement visible c’est la loi Travail deuxième version, qui est clairement en défaveur des femmes. Pourtant le candidat Macron se présentait comme un fervent défenseur des droits des femmes… Et sur le point de l’égalité salariale, on n’a pas beaucoup entendu Marlène Schiappa.

Répondre

Laisser un commentaire