Accueil Politique & Société 433 décès, 3,6 Mds € : les chiffres des violences conjugales

433 décès, 3,6 Mds € : les chiffres des violences conjugales

par La rédaction

Psytel a chiffré le coût des violences au sein des couples en incluant les « homicides collatéraux » et suicides.

Le chiffre de 121 féminicides en 2018 est exact. En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Mais ce chiffre sous-évalue « la mortalité réelle liée aux violences au sein du couple»  prévient Psytel, une coopérative d’expert.e.s qui travaille depuis plus de 20 ans sur la prévention des violences envers les femmes. Avant l’organisation du Grenelle des violences conjugales, ces expert.e.s donnent une plus juste évaluation de ce fléau.

Aux 121 victimes, il faut ajouter les « homicides collatéraux » : les enfants, parents, ami.e.s, nouveau compagnon de la victime, policiers… Psytel en a dénombré 31 en 2018. Les «homicides d’hommes par leur compagne» sont au nombre de 28. Le plus souvent ces compagnes étaient elles-mêmes victimes de violence. Et si 51 suicides des auteurs de ces crimes ont été recensés, Psytel insiste sur un chiffre qui passe trop souvent inaperçu : celui des suicides de femmes victimes de violences au sein du couple. Un chiffre estimé à 224.

Ainsi, en France en 2018, « 455 personnes sont décédées des suites de violences au sein du couple, soit plus d’une par jour (1,25) et non une tous les 3 jours. Ce chiffre est malheureusement stable depuis plusieurs années» précise Natacha Henry co-auteur.e de cette enquête.

Quant au coût financier, il a été chiffré à 3,6 Mds d’euros « en hypothèse basse » en 2012. Psytel avait alors pris en compte de multiples études et retenu : les coûts médicaux (passage aux urgences, hospitalisations, consultations, surconsommation de médicaments…), les coûts d’accueil et d’accompagnement (juridique, accompagnement social, politique de prévention, prise en charge des auteurs de violences…), les coûts de maintien de l’ordre (police et gendarmerie), les coûts du système judiciaire et pénal, les coûts d’hébergement et de logement d’urgence.

Présentation de l’étude de 2012 par Psytel. (VSC : violences au sein du couple)

Lire aussi dans Les Nouvelles News

« FRAPPER N’EST PAS AIMER »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Veronese 17 juillet 2019 - 14:36

Cout de l’incidence sur les enfants ? Et le CMP ? Et la saisie du Juge pour Enfants ? La CDIP ? Le 119 ? Et l’AEMO ?

Répondre

Laisser un commentaire