Accueil International 9 femmes à la Commission européenne ? Mais c’est trop d’honneur !

9 femmes à la Commission européenne ? Mais c’est trop d’honneur !

par Isabelle Germain
Par www.GlynLowe.com sur Flickr (CC BY 2.0)

Par www.GlynLowe.com sur Flickr (CC BY 2.0)

Les États n’ont proposé que 9 femmes à la Commission européenne mais quelques journaux nous somment d’applaudir.

Depuis plusieurs mois les alertes se multiplient pour un peu plus d’égalité femmes-hommes au sein de la Commission européenne. À l’arraché, le nouveau président Juncker arrive à peine à compter 9 femmes sur les 28 membres de cette commission. Pas mieux que la commission sortante… Et voici que le quotidien Les Échos s’en félicite avec ce titre : « La nouvelle Commission européenne met à l’honneur les femmes et les représentants des petits pays ». Et Madame Figaro est tout aussi enthousiaste : « Les femmes, championnes de la Commission européenne ». De quoi s’étrangler !

Certes on part de loin, Jean-Claude Junker a multiplié les complaintes et coups de gueule pour demander aux États de lui proposer des femmes. En juillet il n’en comptait que quatre. Il arrive à neuf et les recrues viennent surtout des nouveaux petits pays de l’Est. Et il faudrait applaudir ?

Ni nombreuses, ni bien placées

Mais ce n’est pas tout. Pour faire pression sur les États, Juncker avait « menacé » de confier les plus importants portefeuilles aux femmes. Qu’en est-il ? Comme le remarque Sylvie Braibant dans TerriennesTV5 : « Les domaines « durs » restent aux hommes (…) malgré trois vice-présidences accordées à des femmes (ce qui fait qu’il en reste tout de même quatre + la présidence aux messieurs, les bons comptes de la parité n’y étant pas), les représentantes choisies sont affectées, en quelque sorte, à des attributions « secondaires », les priorités – économiques – restant entre les mains des hommes : le français Pierre Moscovici aux Affaires économiques, le britannique Jonathan Hill aux Services financiers et l’allemand Günther Oettinger à l’Économie numérique, le finlandais Jyrki Katainen à l’Emploi et à la croissance, et le letton Valdis Dombrovskis à la Coordination des politiques de « l’euro » et du « dialogue social ». » Côté mise à l’honneur des femmes, on repassera.

Les journaux qui s’en réjouissent sont sourds aux pétitions d’élues ou de citoyennes engagées comme celle-ci, récemment lancée par Grandes Écoles au Féminin (GEF) qui rappelle que, une fois la Commission proposée par son président le Parlement peut opposer un veto : « Le Parlement européen en a le pouvoir. Il doit approuver la composition de la Commission le 23 octobre. Il peut ainsi, SI NOUS NOUS MOBILISONS, demander une Commission qui respecte la parité et qui soit représentative des citoyennes et des citoyens européens. »

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com