Accueil Politique & Société Accusé de viol, Gérald Darmanin doit-il démissionner ?

Accusé de viol, Gérald Darmanin doit-il démissionner ?

par La rédaction

Gérald Darmanin en 2013. Par EglantineD (Own work) [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons

Une pétition demande la démission du ministre Gérald Darmanin, visé par une enquête pour viol. Pour Marlène Schiappa, c’est en cas de mise en examen qu’il devrait « bien évidemment » quitter le gouvernement.

Visé par une plainte pour viol, Gérald Darmanin peut-il rester au gouvernement ? Dans une pétition, des féministes demandent la démission du ministre de l’Action et des comptes publics, après la révélation, samedi 27 janvier par Le Monde, de l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris. Une femme accuse Gérald Darmanin de l’avoir contrainte à des relations sexuelles, en 2009, en échange d’un coup de pouce dans un dossier judiciaire. Ce dernier a porté plainte de son côté pour dénonciation calomnieuse, et le Premier ministre l’a assuré de « toute [s]a confiance ».

Le ministre doit quitter le gouvernement « pour que la justice et le gouvernement puissent faire sereinement leur travail », plaide la pétition, signée ce lundi midi par 2 500 personnes. Ses auteur·e·s posent surtout cette question : alors même que la lutte contre les violences faites aux femmes est la grande cause du quinquennat, quel message envoie le maintien à son poste d’un ministre accusé de viol ?

Pire, y aurait-il un ‘deux poids, deux mesures’ ? Car « lorsque des membres du gouvernement ont été mis en cause pour des délits comme des emplois fictifs ou des malversations immobilières, ils ont immédiatement été poussés vers la sortie », souligne le texte de la pétition. « Être visé par une enquête préliminaire pour un crime sexuel serait donc moins grave ? ». 

En effet, dès le début du quinquennat, les ministres Sylvie Goulard, François Bayrou, Marielle de Sarnez et Richard Ferrand ont quitté le gouvernement dès que des mises en cause – une affaire d’emplois fictifs au Modem pour les trois premiers, une affaire immobilière pour le quatrième – sont apparues.

« Si Gérald Darmanin était mis en examen pour viol, bien évidemment, il devrait quitter le gouvernement », a assuré la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, ce lundi matin sur France Inter. En expliquant que la « règle » édictée par Matignon et l’Élysée implique la démission d’un membre du gouvernement en cas de mise en examen. Reste que Richard Ferrand, Sylvie Goulard, François Bayrou et Marielle de Sarnez ont quitté le gouvernement – ou ont été « poussés vers la sortie » – sans avoir été mis·e·s en examen.

Au Royaume-Uni, le ministre de la Défense Michael Fallon avait annoncé sa démission le 1er novembre dernier, après avoir été accusé d’avoir posé sa main sur le genou d’une journaliste en 2002.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire