Accueil Société « L’affaire Pinki » : genre, testostérone et humiliation

« L’affaire Pinki » : genre, testostérone et humiliation

par La rédaction

Une ancienne athlète indienne, accusée d’avoir menti sur son genre, explique son apparence masculine par des injections de testostérone.


 

L’affaire, sur laquelle revient Le Monde, est très médiatisée en Inde. Pinki Pramanik, une ancienne athlète indienne, explique son apparence masculine par des injections de testostérone.

Accusée de viol, et d’avoir menti sur son genre sexuel, Pinki Pramanik vient de passer près d’un mois en prison. Dans un entretien au magazine indien anglophone Outlook, elle conteste cette double accusation. Sa voix grave et sa pilosité son dues, dit-elle, à la « médecine russe » administrée par ses entraîneurs lors de sa carrière d’athlète internationale : des injections régulières de testostérone.

Pinki Pramanik dénonce par ailleurs le test de genre « humiliant » qu’elle a subi : « On m’a fait une piqûre qui m’a endormie et je me suis réveillée les pieds et les mains attachés au lit, sans mes habits. »

Une situation qui rappelle celle de l’athlète sud-africaine Caster Semenya. Elle aussi accusée d’être un homme, elle avait dû subir, en 2009, des tests de féminité. Elle a aujourd’hui repris la compétition et sera même la porte-drapeau de la délégation sud-africaine aux Jeux Olympiques de Londres.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Aude 24 juillet 2012 - 14:45

En même temps bien fait pour elle, c’est un crime de la plus haute importance d’être une femme, et en plus d’être forte !
Pff les gens sont fous …

Répondre
Lili 24 juillet 2012 - 15:21

Qu’elle ait été maltraitée et que ce soit scandaleux, oui.

Mais il n’en reste pas moins que cette femme a été massivement dopée et que cela devrait invalider ses résultats sportifs, non?

Le cas de l’athlète Sud-africaine est-il réellement comparable? Je ne me souviens pas que son physique particulier ait été du à du dopage?

Répondre
arnaudbihel 25 juillet 2012 - 08:43

« Lili »

Le cas de l’athlète Sud-africaine est-il réellement comparable? Je ne me souviens pas que son physique particulier ait été du à du dopage?

Certes. En fait, le parallèle tient à la pratique forcée des tests. Ils avaient également été jugés humiliants dans le cas de Caster Semenya.

Répondre

Laisser un commentaire