Accueil International En Afghanistan, des négociations de paix toujours sans les femmes

En Afghanistan, des négociations de paix toujours sans les femmes

par La rédaction

Les femmes étaient quasiment absentes de la première rencontre du « Processus de Kaboul », nouvelle relance des pourparlers de paix en Afghanistan. Encore un mauvais signal.


Le processus de paix en Afghanistan manque toujours d’un « facteur crucial pour un dénouement positif » : les femmes. C’est ce que dénonce Heather Barr, une responsable de l’ONG Human Rights Watch, alors que le gouvernement afghan vient de relancer un nouveau cycle de négociations de paix : le « Processus de Kaboul ».

Les discussions se sont ouvertes mardi 6 juin entre représentants afghans – mais sans les talibans – et de plusieurs autres pays et institutions internationales. La mission de l’ONU en Afghanistan, ou encore le représentant de l’Union européenne, appellent également à l’inclusion de représentantes des femmes dans le processus.

 

Mais le chemin est long : la « photo de famille » de la dernière réunion entre les parties prenantes, mardi 6 juin, ne montre que 2 femmes afghanes parmi les 47 personnes autour de la table.

Cela fait des années que les femmes réclament une juste place dans les négociations de paix en Afghanistan. Et le gouvernement afghan a promis de longue date un plan pour mettre en œuvre la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui appelle à une participation accrue des femmes aux négociations de paix et aux processus de reconstruction post-conflits. Mais ce projet « se heurte toujours à des ajournements et à l’apathie », déplore Heather Barr.

Lire aussi : Les voix des femmes manquent dans les négociations de paix

« En marginalisant les femmes, le Processus de Kaboul apparaît déjà comme une continuation des précédents efforts infructueux », estime la représentante de l’ONG. Le 31 mai, l’explosion d’un camion piégé dans le centre de Kaboul a tué 150 personnes et en a blessé 300. « Les femmes afghanes sont mortes aux côtés des hommes dans cet attentat, et elles ont marché aux côtés des hommes dans les manifestations qui ont suivi. Pour que la paix advienne, elles doivent aussi être assises à côté des hommes à la table des négociations », conclut-elle.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Colombie : une paix avec les femmes

 

1 commenter

flo 8 juin 2017 - 13:41

Et dire qu’il y en a pour s’indigner de la non mixité d’un pauvre festival afro féministe… On les entend s’indigner de ce genre de réunion sans femmes ? On les entend s’indigner de la non mixité au Vatican et dans toute la hiérarchie catho qui va du pape au curé de village ? On les entend s’indigner de la non mixité de la plupart des instances dirigeantes des institutions politiques, économiques, culturelles à travers le monde ? S’indignent-ils en voyant les « All Male Panel » dénoncés sans relâche sur le site du même nom ? Non. Ils ont l’indignation très sélective, un peu comme leur monde en fait, et même pas honte..

Répondre

Laisser un commentaire