Accueil Culture Agnes Jaoui : « Je crois à l’influence immense des images »

Agnes Jaoui : « Je crois à l’influence immense des images »

par La rédaction

Agnès Jaoui a stupéfait le public qui la suivait en ligne à l’occasion des troisièmes assises du collectif 50/50, qui lutte en faveur de la parité et de la diversité, contre le harcèlement et les violences sexuelles dans le cinéma et l’audiovisuel.  En 7 minutes, la réalisatrice la plus récompensée aux César, a expliqué la force des images qui autorisent les hommes à dominer les femmes et conduisent les femmes à censurer leurs désirs, leurs ambitions, leurs paroles. Elle montre la puissance des discours et des images qui gravent l’infériorisation des femmes dans les cerveaux

Dans son discours, la réalisatrice retrace des moments déterminants de sa vie et les pressions que chacune et chacun subit pour se conformer à la domination masculine.

A 5 ans, elle est abusée par un inconnu dans l’escalier de son immeuble.

A 11 ans, c’est son oncle qui l’abuse.

A 12 ans, elle commence un régime qu’elle dit n’avoir jamais terminé pour « tenter d’éradiquer ces rondeurs et cette graisse qui semblaient poser tant de problème de désir et de dégout ».

A 16 ans, elle commence les cours de théâtre et se rend compte que pour 10 rôles d’hommes, il y a 2 rôles de femmes qui offraient peu de possibilité d’identification, les rôles étant cantonnés à celui de la jeune et belle fille à marier, de la soubrette et de la marâtre laide et vieille, périmée, impropre à la consommation.

A 19 ans, elle se rend compte qu’elle n’a lu pratiquement que des livres écrits par des hommes sur des hommes.

A 25 ans, elle passe un casting pour un film d’auteur et on lui dit qu’ils cherchent une actrice prête à se faire sodomiser en vrai.

Vers 30 ans , elle était très fière de clamer, à l’étranger, que 20 % des films en France étaient faits par des réalisatrices. Puis quelques années plus tard note que 80 % sont réalisés par des hommes. « Quelle puissante acceptation de mon infériorité m’avait fait me réjouir d’un chiffre aussi minable ?».

A 35 ans, pour un film, Agnès Jaoui cherche une jeune actrice en surpoids mais il n’y a que très peu de candidates : « comme si elles s’étaient auto censurées, interdites d’elles-mêmes de pousser la porte d’un cours de théâtre ».

A 45 ans elle se rend compte qu’il existe beaucoup plus d’écrivaines, de compositrices, de réalisatrices, de peintresses qu’elle ne le croyait mais qu’elles avaient été mystérieusement effacées de notre patrimoine. Et qu’on utilisait le mot patrimoine, et non matrimoine.

Puis, elle termine son discours au présent. En 2017, on a représenté pour la première fois le clitoris correctement dans les manuels scolaires. Une seule femme a reçu le César de la meilleure réalisatrice. 65% des votants aux Césars sont des hommes. 88% des films à la télévision française sont réalisés par des hommes, et 76% des films au cinéma.

« J’ai 56 ans et je ne me réjouis pas de ces chiffres. Je crois à l’influence immense des images et d’autant plus quand nous n’en avons pas forcément conscience. Je crois qu’une série télé avec un président noir peut aider à élire Barack Obama. Je crois que des représentations répétées de femmes filiformes, jeunes blanches et soumises n’aident pas à l’épanouissement des femmes ni des hommes. »

l’ensemble des assises est à voir ici 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

DES QUOTAS DE RÉALISATRICES ET DES MESURES CONTRE LE HARCÈLEMENT

A CANNES : PARITÉ ET INCLUSION (2019)
A CANNES, COMPTONS LES FEMMES ! (2019)
WOMEN WASHING OU OUVERTURE SUR L’ÉGALITÉ À CANNES ? (2018)
CINÉMA TROP MACHO ? 4000 FILMS AU CRIBLE DU TEST DE BECHDEL
QUAND LE CINÉMA DISSUADE LES FEMMES DE PRENDRE LE POUVOIR
Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com