Accueil Société Une année de campagne pour les droits sexuels et reproductifs

Une année de campagne pour les droits sexuels et reproductifs

par La rédaction
CorpsDroits_h150

Photo © Amnesty International « Tatia et son bébé, Zohra, sont mortes en 2001 après un accouchement déclenché. Les risques de mourir de complications liées à la grossesse sont plus grandes aux Etats-Unis que dans presque toute l’Europe, au Canada et dans de nombreux pays d’Asie et du Moeyn-Orient ».

Lancement ce 14 février d’une campagne mondiale pour que « la santé et les droits humains des jeunes, en particulier les jeunes femmes et les adolescentes, soient prioritaires ».


 

« Mon corps, mes droits ». Amnesty International lance ce 14 janvier 2013 une campagne à destination des leaders mondiaux et des organisations internationales. L’enjeu : réclamer « une authentique participation des jeunes, y compris les jeunes filles, à tous les aspects de la vie publique ; leur accès intégral à l’information, à l’éducation et aux emplois ; et la réalisation de leurs droits humains, y compris les droits sexuels et reproductifs ».

« Exposées aux violences, aux discriminations, au rejet, nombre de jeunes filles et femmes ne peuvent utiliser une contraception sans l’accord de leur mari ou de leur famille, sont contraintes au mariage, se voient interdire d’avorter. On enseigne aux garçons et aux filles à penser et à se conduire de manière à perpétuer ces violations de leurs droits humains. Certains gouvernements et groupes remettent même en cause le principe de l’égalité hommes/femmes », souligne Amnesty International qui a enquêté sur la disponibilité et la qualité de l’accès aux soins dans plus d’une dizaine de pays. Son constat : l’une des principales causes de la mortalité chez les femmes est l’absence d’informations sur les services de santé à leur disposition.

« De l’Indonésie au Pérou en passant par la Sierra Leone et les États-Unis, plusieurs millions de femmes et de filles paient de leur vie des politiques de santé inefficaces, des soins inadaptés et des lois discriminatoires », souligne Marianne Mollmann, conseillère en politique d’Amnesty International.

Les Nations Unies indiquaient récemment que plus de 200 millions de femmes dans le monde ne peuvent avoir accès à des contraceptifs. Ou encore que 800 femmes meurent chaque jour durant la grossesse ou l’accouchement. 19 millions d’avortements dangereux seraient pratiqués chaque année dans les pays en développement.

L’ONG note que des progrès ont été accomplis depuis la Conférence du Caire en 1994, qui a fixé les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Mais dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, « les progrès enregistrés ont été pour le moins limités ». Les représentants des États membres des Nations unies se réuniront de nouveau en 2014 pour évaluer les progrès accomplis. La campagne « Mon corps, mes droits », vise à faire en sorte que « la santé et les droits humains des jeunes, en particulier les jeunes femmes et les adolescentes, soient prioritaires » dans le programme de développement de l’après-2015.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

L’accès à la contraception marque le pas

Objectifs du millénaire non tenus pour les femmes

Le Nobel de la Paix 2015 à une sage-femme africaine

 

Photo © Amnesty International « Tatia et son bébé, Zohra, sont mortes en 2001 après un accouchement déclenché. Les risques de mourir de complications liées à la grossesse sont plus grandes aux Etats-Unis que dans presque toute l’Europe, au Canada et dans de nombreux pays d’Asie et du Moeyn-Orient ».

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Marie 14 février 2013 - 14:44

En complément, la campagne « My body is mine » a été lancée le 28 septembre 2012 pour les mêmes revendications :

http://www.september28.org/

vous pouvez signer la pétition, agir, ou encore vous documenter sur les droits d’accès à un avortement sûr et légal dans le monde.

Répondre
hic 16 février 2013 - 20:21

Ne pas oublier aussi la contraception/stérilisation imposée à certaines femmes dans des cas inverses. Souvent pour des raisons racistes (affaire du Depo-Provera en Israel)/handiphobes (stérilisation forcée de femmes handicapées en France).
http://www.info-palestine.net/spip.php?article13154
http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2011/09/01/sterilisation-de-personnes-handicapees-mentales-la-cour-de-strasbourg-se-penche-sur-le-cas-de-la-france-tierce-intervention-groupe-europeen-indh-sur-cour-edh-2e-sect-gauer-et-a-c-france/

Répondre

Laisser un commentaire