Accueil International Année négative pour les femmes du Yémen

Année négative pour les femmes du Yémen

par La rédaction

Yemeni.jpg

Selon Oxfam, elles sont les premières à subir la crise humanitaire et l’insécurité, et restent exclues du processus de transition politique.


 

Il y a moins d’un an, la Yéménite Tawakel Karman affichait son optimisme pour les femmes de son pays. « Elles qui étaient à la tête des révolutions, je n’imagine pas qu’elles accepteraient un retour en arrière », jugeait la co-lauréate du prix Nobel de la Paix.

Mais Oxfam vient doucher cet optimisme. Les femmes, en effet, « ont joué un rôle clé » dans le soulèvement qui a conduit à la démission du président Saleh, mais « elles attendent encore le changement », observe l’ONG dans un rapport (ici en anglais). Oxfam a rencontré 136 femmes dans tous le pays en juillet et août dernier, et quatre cinquièmes d’entre elles jugent que leur vie a empiré au cours des douze derniers mois.

Inégalités exacerbées

Si la transition démocratique est en cours au Yémen, le pays reste confronté à une grave crise alimentaire. Et les femmes en sont les premières victimes : « un quart des femmes âgées de 15 à 49 ans souffrent de malnutrition », note le rapport.

Et selon Oxfam, « cette crise humanitaire ne fait qu’empirer la situation des femmes en exacerbant les profondes inégalités de genre » ancrées dans le pays. Dans le dernier Global Gender Gap Report, sur les disparités entre les sexes, le Yémen était encore classé à la dernière place des 135 pays étudiés

Tout autant que la nourriture, l’accès à l’emploi et la sécurité figurent parmi les priorités avancées par les femmes que l’ONG a rencontrées. Elles restent en grande majorité confinées à des emplois sous-payés, voire non payés, dans l’agriculture ou le tissage. Dans la capitale Sanaa en particulier, les violences et « les risques d’agressions sexuelles » restent fréquents, « ce qui rend plus difficile leur participation à la vie publique », souligne le rapport.

Besoin de quotas

Sans compter que la majorité des femmes qu’Oxfam a consultées « se sentent écartées du processus de transition par les partis politiques et le gouvernement » – même si celui-ci compte trois femmes.

La transition politique et la situation humanitaire au Yémen feront justement l’objet d’un sommet, le 27 septembre, en marge de l’Assemblée générale de l’ONU. Oxfam appelle la communauté internationale à tenir ses engagements en matière d’aide économique. Et « aider les femmes à jouer leur rôle dans la future direction de leur pays ». L’ONG invite notamment le gouvernement yéménite à fixer des quotas pour favoriser la représentation politique des femmes.

 

 

Photo : Manifestation à Sanaa, mars 2011, par Noor Al Hassan, via Al Jazeera English

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire