Accueil Société Apologie du viol ? Un dessin et son contexte

Apologie du viol ? Un dessin et son contexte

par La rédaction

Une fellation contre une augmentation : un dessin humoristique dans un magazine choque sur le net. Son directeur de la publication évoque un malentendu, le dessinateur juge que les critiques « se trompent de cible ».


 

C’est une « alerte sexisme » lancée le 27 juillet sur le réseau Change.org. Une pétition s’en prend au magazine RoissyMail, pour un dessin jugé sexiste dans le dernier numéro de cette publication territoriale : « Je t’augmenterai quand je ne sentirai plus tes dents », dit un homme en costume à une femme à genoux qui lui fait une fellation.

Le texte de la pétition initiée par Soudeh Rad, coordinatrice internationale de l’association ‘Osez le féminisme’, souligne que ce « dessin prétendument humoristique fait passer pour anecdotique ce qui, aux yeux de la loi, est caractérisé comme un viol aggravé. Il banalise ainsi les violences sexuelles faites aux femmes ». La pétition interpelle les collectivités qui financent le magazine et demande des excuses à son directeur de la publication, Éric Veillon.

« Provocateur »

Ce dernier, contacté par Les nouvelles NEWS, a eu vent de ces réactions. Et dit son « effarement par rapport à cette pétition » tout en comprenant que des personnes, en en lisant le texte, « ont pu être légitimement choquées ».

Mise à jour, 3 août : Sur son blog ‘Maman travaille’, Marlène Schiappa rebondit sur cette polémique. Si elle ne s’était « pas offusquée outre mesure du dessin incriminé », elle pointe du doigt une photo sur la page d’accueil du site internet de RoissyMail : « une photo de jumelles blondes en bikini (tenue normale, dans un aéroport parisien…?) avec la légende: « Prenez vos jumelles ! Non, pas pour être voyeurs, mais… » et il faut cliquer sur la suite pour découvrir qu’il s’agit d’un appel à témoignages et à articles participatifs. » Et Marlène Schiappa de conclure : « Deux possibilités: ou Roissy Mail tente de se faire du buzz et de se faire connaître par ce biais; ou la rédaction est sincèrement misogyne et sexiste. »

Ce dessin, explique-t-il, avait pour but de contrebalancer un article du magazine rendant hommage aux patrons. « J’ai pensé à faire appel au dessinateur Na! dont je connais la « causticité » et le sens de l’humour décalé. Je voulais un dessin fort « contre » les patrons. On était en plein débat sur l’annulation de la loi sur le harcèlement sexuel et mon choix s’est porté sur le dessin que j’ai publié, tout en sachant que c’était un peu provocateur. A aucun moment l’idée ne m’est venue que ça pourrait faire l’apologie de violences quelconques et encore moins du viol ! Et je le maintiens encore aujourd’hui. »

Contexte manquant

Un dessin ‘contre’ les patrons, « qu’il faut bien sûr prendre au deuxième degré, dans la lignée des Charlie Hebdo ou Hara-Kiri », souligne Éric Veillon. Sur la page du magazine, ce contexte manquait à l’évidence.

« Je prendrai le temps de répondre aux pétitionnaires » pour leur expliquer que « ce dessin, va dans le sens de leur combat contre les violences faites aux femmes », poursuit le directeur de la publication de RoissyMail. Qui prend à témoin son passé politique : « s’agissant du viol, je connais bien la loi, pour avoir moi-même, lorsque j’étais jeune assistant parlementaire au groupe communiste à l’Assemblée nationale, rédigé des amendements durcissant les sanctions lors du débat [en 1980, NDLR] qui a criminalisé et défini précisément (il était grand temps de le faire) le viol. »

 

Le dessinateur Na! répond lui aussi : « Un dessin d’humour a généralement, et particulièrement celui-ci, pour fonction de dénoncer des situations scandaleuses, gênantes, odieuses, pourries, injustes, sales, honteuses (on peut ajouter des qualificatifs à l’envi) en les poussant à l’extrême de façon à marquer les esprits. L’idée de base n’était pas de dénoncer le viol, mais plutôt l’abus de pouvoir de certains patrons sur leurs salariés. Je trouve dommage que ces gens mobilisent leur énergie à démonter un dessin qui défend leur cause. Ni M. Veillon ni moi-même ne pourrions évidemment cautionner la situation montrée dans le dessin, mais bien au contraire, en dénoncer les travers, étant pour ma part un fervent militant contre la connerie humaine sous toutes ses formes. Bref, bien sûr il faut lutter contre les abus sexuels de toutes sortes, mais ces gens se trompent de cible…
Pour étayer mon propos, voici le lien vers un dessin réalisé spécialement pour la cause des femmes battues (j’ai plus de 1000 dessins du même acabit sur tout un tas de causes nobles à défendre), qu’on pourrait aussi bien taxer d’apologie de la violence faite aux femmes, si l’on y mettait la mauvaise foi suffisante : http://www.dessinateur.biz/blog/2011/09/30/nactualites-contre-la-violence-faite-aux-femmes/

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

8 commentaires

Romane 30 juillet 2012 - 12:44

J’ai vu sur twitter l’appel à signer la pétition et ne l’ai pas relayé ni signé. Car je pense en effet que le dessinateur Na! ne fait pas l’apologie du viol et que OSLF se trompe. Ma lecture et ma compréhension de son dessin vont dans le sens d’une dénonciation des abus commis par les patrons. C’est comme çà que je le comprends. Et ça fait mal. Mais dans le sens où l’interprète OSLF.
Na! avait également fait un dessin lors de la présidentielle illustrant Sarkozy avec un bouquet de fleurs face à une Marianne avec un oeil au beurre noir. J’avais relayé ce dessin sur twitter que j’avais trouvé fort pertinent. Parce qu’il reprend exactement les arguments qui dénoncent la violence faite aux femmes.
Pour ma part, je pense que Na! tape juste et fort. Même sans 2d degré et sans reprendre les sempiternels arguments Charlie Hebdo etc…

Répondre
Romane 30 juillet 2012 - 12:45

oups, j’ai fait 1 erreur dans le post précédent. Il faut lire Mais PAS dans le sens où l’interprète OSLF. J’ai écrit trop vite.

Répondre
courroux 30 juillet 2012 - 15:36

Cette publication peut tomber entre toutes les mains, bien évidemment ne choquera aucune petite fille ou petit garçon car de bonne éducation sexuelle ? Rien de grave, tout le monde va comprendre ce que cela signifie de lutte contre le sexisme et le crime féminicide ? Il n’y a certainement pas assez de viols féminicides ? L’humour, une arme contre ? Non, le tribunal, oui. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/viols-etc.html
Si ce décalage humoristique prétendant lutter contre les féminicides du même tonneau mais d’une image de crime raciste, ou antisémite, est-ce bien vrai que ce serait acceptable ? Alors pourquoi certains humoristes ont-il été condamné de ce chef. Deux poids, deux mesures.

Répondre
Lirelle 31 juillet 2012 - 07:53

je trouve que pour un dessinateur comme lui, il est effectivement important de voir le reste de sa production, peut être que ce dessin est simplement maladroit, et aussi un peu ‘facile’ (la fellation et les dents, c’est du déjà vu 1000 fois ça) dans un journal comme RoissyMail. Si le dessinateur utilise aussi son talent aussi pour lutter contre les violences aux femmes comme il semble le faire, alors on peut juste le qualifier de ‘maladresse’ mais à mon avis pas de sexisme. Maladresse dans RoissyMail (dans Charlie Hebdo ou Siné Hebdo ça aurait été ok, mais surtout, dessin un peu trop facile je trouve, ce n’est pas drôle ni dénonciateur car trop « déjà vu ».

Répondre
Lili 31 juillet 2012 - 20:54

Je fais plutôt partie de celles qui trouvent qu’on sacrifie de plus en plus le 2nd degré, l’allusion, l’humour grivois (qui peut aussi être fin) etc à la lutte contre le sexisme. Et je le regrette, parce que c’est un appauvrissement du langage et de la pensée.

Donc, quand j’ai vu ledit dessin, je me suis dit, c’est du 2nd degré facile, mais évident, pas la peine d’en faire un plat. Puis je suis allée voir le dessin proposé pas Na! dans votre article. Même chose, 2nd degré évident, homme tellement ridicule et pas viril…

Puis je lis les 3 commentaires des lecteurs sous le dessin, et là, effarement… On ne peut visiblement plus se payer le luxe du 2nd degré, puisque ces messieurs ne le voient pas ou font semblant de ne pas le voir parce que ça les arrange, et font des commentaires odieux « elle a mal choisi, elle a du le mériter », etc. Alors je suppose qu’il va falloir renoncer à l’intelligence pour s’adapter à la stupidité des lecteurs violents….

Répondre
Sandrine Apers 1 août 2012 - 13:19

Pour info, Na a participé à une BD qui lutte contre la pédocriminalité. Le satirisme c’est aussi cela : choqué pour faire réfléchir… Dommage qu’OLF s’empare toujours de morceaux « faciles ». Lorsqu’on les contacte pour lutter contre l’inceste ou la pédocriminalité, il n’y a plus personne. Na est un grand dessinateur et une personne humaine de qualité.

Répondre
Diké 2 août 2012 - 09:43

Problème, l’article que votre dessin illustrait n’avait rien de critique vis à vis des chefs d’entreprise. Il s’agissait d’un petit éditorial en faveur des maires et des chefs d’entreprise d’envergure locale, qui sont il est vrai peu médiatisés par rapport aux grands patrons. Dans ce contexte complaisant, votre dessin ne pouvait tenir la fonction dénonciatrice que vous vouliez lui conférer.

Tout comme Lilile je suis également effarée de voir le niveau des 3 commentaires sous le dessin que vous nous signalez. Les 2 premiers disent que la femme est stupide et donc a mérité sa raclée, sans même réaliser que c’est justement ce que dénonce le dessin. Le troisième regrette simplement que son beau-père ne frappe pas sa belle-mère.

Ces trois commentateurs ont cru que l’humour de votre dessin tient dans le fait que la femme frêle s’est attaquée à un mari trop costaud pour elle. Ils n’ont pas compris qu’elle ne s’est sûrement pas attaquée à lui et qu’il dit juste, comme tous les maris violents, qu’il l’a frappée non parce qu’il est violent mais parce qu’elle le méritait.

Répondre
heal18 2 août 2012 - 20:55

Lorsque j’ai lu l’article, j’ai pensé qu’il n’y avait pas de quoi fouetter une chatte et puis je suis allée voir le dessin et j’ai été choquée car il contient tous les fantasmes mâles qui sont beaucoup trop proches des harcèlements que subissent les femmes. Qui d’entre nous ne s’est pas entendue apostropher par un « tu Suces ? ». Quand les hommes parlent des femmes vulgairement ils demandent si « elle suce bien ? » ou « elle prend combien pour sucer ? ». Qui ose sucer une glace en public sans craindre d’entendre des obscénités ? Et puis ils vont évaluer la fellation, si la pétasse met les dents, etc.
Ce dessin n’est pas drôle car il ne prend pas de distance avec la triste réalité machiste que nous subissons sans compter que, dans certains pays -l’Indonésie, par ex-, on lime les dents de prostituées pour qu’elles sucent mieux ces messieurs et ne leur fassent pas craindre d’y laisser leur engin.
Et n’oublions pas les allusions graveleuses et sexistes de Gainsbourg (Annie aime les sucettes) ou des rappeurs
Peut-être que Na! est un grand humoriste mais sur ce coup, il s’est planté et s’il est réellement féministe, il devrait s’excuser auprès de toutes les femmes …En attendant, je lui souhaite d’entendre en toutes occasions « tu lèches ? avec ou sans les dents ? » …

Répondre

Laisser un commentaire