Accueil Politique Au Sénat, clients de prostituées absous, délit de racolage maintenu

Au Sénat, clients de prostituées absous, délit de racolage maintenu

par Arnaud Bihel
Campagne du Mouvement du Nid en 2007

Campagne du Mouvement du Nid en 2007

En séance, les sénateurs ont confirmé leur opposition à la pénalisation des clients de prostituées. Et refusé d’abroger le délit de racolage public.


 

Sans surprise, les sénateurs ont adopté en séance, lundi 30 mars, le texte de loi de lutte contre le système prostitutionnel tel que l’avait transmis la commission spéciale. C’est à dire sans le principe de pénalisation des clients, et avec le maintien du délit de racolage (Voir : Prostitution : les sénateurs veulent que rien ne bouge).

C’est à une voix près (162 contre 161) que les sénateurs ont voté le maintien du délit de racolage public, pourtant dénoncé par l’ensemble des associations de terrain. Les élus UMP ont voté pour (à l’exception d’Alain Fouché), la gauche contre, les centristes se sont montrés divisés. (Voir le détail du scrutin).

Ils ont également confirmé le choix de la commission spéciale de supprimer l’article de la loi introduisant la pénalisation des clients. Chantal Jouanno (UDI), présidente de la délégation aux Droits des femmes, a bien tenté de proposer un amendement pour réintégrer ce principe dans le texte. Mais sa rédaction n’a pas convaincu à gauche. Résultat, il a été rejeté à une très large majorité.

« Amertume »

« Je regrette que le Sénat ait préféré le statu quo », a conclu la secrétaire d’Etat chargée des Droits des Femmes, Pascale Boistard, en résumant : « les prostituées demeurent vues comme des délinquantes, le client reste roi ». Tandis que Chantal Jouanno fait part de sa « très grande amertume ».

Reste que la navette parlementaire va se poursuivre avec le retour du texte en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. « Notre détermination et notre confiance restent intactes », assurent dans un communiqué Maud Olivier et Catherine Coutelle, les députées socialistes qui défendent le texte, en soulignant que « sans l’interdiction d’achat d’actes sexuels, on laisse dans l’impunité ceux qui contribuent à la perpétuation de la traite d’êtres humains. Maintenir le délit de racolage, c’est maintenir les personnes prostituées dans un statut de délinquant-e-s, alors qu’elles sont les victimes d’une violence intolérable. »

Les autres volets du texte font davantage l’objet de consensus : la proposition de loi contient une série de mesures pour assurer la protection des victimes de la prostitution et leur proposer un projet d’insertion sociale et professionnelle. Le texte renforce également la lutte contre les réseaux de traite des êtres humains et de proxénétisme qui utilisent internet.

« Manipulation des chiffres »

La Suède a été en 1999 le premier pays à pénaliser « l’achat sexuel », et l’étude du « modèle suédois » a été au cœur des débats au Sénat. Avec une part de mauvaise foi des deux côtés, dans la mesure où il est difficile de tirer des conclusions de la pénalisation des clients (Voir : Punir les clients de prostituées : étude de cas suédois). La sénatrice Esther Benbassa (EELV), fervente opposante à la pénalisation des clients, déplorait ainsi une « manipulation des chiffres », une « malhonnêteté intellectuelle » de la part des tenants de la pénalisation. Et de citer les chiffres d’un rapport récent selon lequel en Suède, depuis 1995, « le nombre de personnes prostituées dans la rue est passé de 650 à 250. En revanche, le nombre d’escort girls et de prostituées en chambre est passé de 304 à 6 965. Le nombre d’hommes prostitués est passé de 190 à 702. »

Qui dit manipulation des chiffres ? Ces nombres ne sont pas ceux de personnes physiques mais des annonces relevées sur internet. Et plusieurs annonces peuvent être le fait d’une même personne, selon ce rapport qui conclut : « Rien n’indique que le nombre d’individus engagés dans la prostitution a augmenté. »

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

taranis 2 avril 2015 - 13:12

En début de semaine sur Radio Ma Cho, j’ai écouté l’émission du Liberal décomplexé et son Brunetmétrie, bien sur beaucoup d’hommes pour voter la liberté de leurs privilèges et certaines de les aduler, résultats à 75% on applaudit le conservatisme phallocratique du sénat dont on sait les petit plaisirs qui se passe dans les alcôves …
Maud Olivier a défendu la symbolique avant tout et l’inversion du Normatif …et quand elle a dit à cet avocat médiatique si il souhaitait qu’une fille puisse dire à son père, plus tard je vais aller sur le trottoir….Un blanc s’est installé sur les ondes , en effet qui peut souhaiter pour une autre ce qu’il n’accepte pas pour son enfant….La prostitution commence souvent à l’adolescence , même si le prostitueur fait semblant de l’ignorer, la jeunesse des corps stimule leur ego de domination …Pour la bloggeuse Tingy , « les prostituées restent des humains…avec des Droits Humains (Appelés maladroitement Droits de… l’Homme!) Sociétalement parlant, c’est monstrueux de vendre son ventre ou ses ovule Mais pas ignoble d’acheter un vagin ? » D’ailleurs se sont les mêmes sexistes qui fustigent le droit à la santé sexuelle et reproductive, mais on ne mélange pas les mères et les putains… Je rejoins cette opinion et si recevoir de l’argent d’un homme ne vous déshumanisée pas et ne faisais pas de vous un morceau de viande, on peut aussi considérer le désir, le consentement …il n’y a ni travail, ni contrat, rien qu’une femme avec son droit au respect. Il ne peut y avoir un Système là où cela ne concerne les rapports entre 2 êtres humains

Répondre
christine gamita 9 avril 2015 - 14:02

Incitation au servage sexuel, racolage actif, facilitation de l’esclavage sexuel de traite… les proxéneurs ont leur responsabilité sociale et donc pénale comme les autres… http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/11/amicale-proxene-et-feminicides.html

Répondre

Laisser un commentaire