Accueil International Au Togo, une semaine de grève du sexe

Au Togo, une semaine de grève du sexe

par La rédaction

L’opposition togolaise veut utiliser cette arme de désobéissance civile. La grève du sexe est-elle efficace ?


 

Un mouvement d’opposition, le collectif « Sauvons le Togo », appelle les Togolaises à observer une semaine de « grève du sexe ». Une arme de désobéissance civile destinée à obtenir la libération de militants emprisonnés la semaine dernière, explique à Libération une des initiatrices de cette mobilisation, Isabelle Ameganvi. Plus largement, « c’est notre manière de dire que les femmes du Togo en ont ras-le-bol » du gouvernement de Faure Gnassingbé.

Le Monde doute de l’impact de cette grève, « même si dans d’autres pays l’abstinence comme action de résistance féminine a connu des résultats encourageants », note le journal. Cette arme a notamment été utilisée par la co-lauréate du prix Nobel de la paix 2011, Leymah Gbowee contre le régime de Charles Taylor au Libéria. Elle a aussi eu des effets positifs l’an dernier en Colombie. Mais a « fait sourire » en Belgique. Constat similaire pour France24.com.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Lili 29 août 2012 - 11:49

Honnêtement je ne sais pas si c’est « efficace » mais lire des articles issus de la presse africaine où il est écrit « les femmes se servent de leur plus grand pouvoir en faisant la grève du sexe » ça montre surtout qu’elles jouent le jeu de femme = séduction.
Un proverbe africain bien connu dit « la barbe dit le jour ce que la tresse lui a soufflé la nuit », variante africaine de la fameuse « politique de l’alcôve » qui sert de prétexte à la privation du pouvoir politique des femmes en Europe depuis des siècles.

Je veux bien que par souci de rapidité elles choisissent cela mais c’est abdiquer de leur droit à une action politique et une écoute de leur voix et pas seulement de la voix du mâle frustré.

Répondre
nhonie 30 août 2012 - 16:47

« Lili »
Honnêtement je ne sais pas si c’est « efficace » mais lire des articles issus de la presse africaine où il est écrit « les femmes se servent de leur plus grand pouvoir en faisant la grève du sexe » ça montre surtout qu’elles jouent le jeu de femme = séduction.
Un proverbe africain bien connu dit « la barbe dit le jour ce que la tresse lui a soufflé la nuit », variante africaine de la fameuse « politique de l’alcôve » qui sert de prétexte à la privation du pouvoir politique des femmes en Europe depuis des siècles.

Je veux bien que par souci de rapidité elles choisissent cela mais c’est abdiquer de leur droit à une action politique et une écoute de leur voix et pas seulement de la voix du mâle frustré.

Toute action a son point de départ. Pourquoi pas le plumard. Ça l’avantage de faire parler la presse, non négligeable. Ça renvois aussi l’idée que les Femmes sont maitresse de le corps et donc de leur esprit. La séduction est un avantage comme un autre, peut être mieux manier par les Femmes. Cela serait assez comique, que ce qui a pu servi de prétexte à la privation du pouvoir décisionnaire, serve aujourd’hui à l’acquérir.
Nhonie

Répondre

Laisser un commentaire