Accueil Politique & Société « Madame le président », ça ne passe pas

« Madame le président », ça ne passe pas

par Arnaud Bihel
Aubert

Julien Aubert lors de son altercation avec Sandrine Mazetier le 6 octobre 2014. Capture d’écran vidéos Assemblée nationale.

Le député UMP Julien Aubert qui refusait de dire « madame la présidente », va écoper d’une amende. Ce n’est pas la première fois qu’il s’oppose à la féminisation de la langue.


 

Lors de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, lundi 6 octobre, le député Julien Aubert a préféré aller au clash plutôt que de dire « madame la présidente » (voir le compte rendu de séance ci-dessous). En s’adressant à la présidente de séance, Sandrine Mazetier, l’élu UMP du Vaucluse lui a donné du « madame le président », à plusieurs reprises malgré les rappels à l’ordre. Une provocation assumée, les autres députés UMP prenant la parole dans l’hémicycle s’adressant sans rechigner à « madame la présidente ».

Après une fois de trop (et l’emploi du seul « madame »), Julien Aubert a écopé d’une inscription sur procès verbal. Ce qui lui vaudra, selon le règlement de l’Assemblée nationale, une sanction financière – une retenue d’un quart de mois d’indemnité parlementaire, soit 1378 euros (Il y a tout juste un an, l’auteur des « cris de poule » Philippe Le Ray écopait d’une sanction équivalente). Durant la séance, le député a également donné du « madame le ministre » à Ségolène Royal à plusieurs reprises.

C’est que Julien Aubert est un récidiviste. En janvier dernier, déjà, il avait insisté pour appeler Sandrine Mazetier « madame le président ». Et Cécile Duflot « madame le ministre ».

Il est vrai que le règlement de l’Assemblée n’impose pas de féminiser le titre de la présidente de séance (le règlement lui-même, d’ailleurs, n’évoque que « le Président », au masculin). Une instruction du bureau souligne certes que « les fonctions exercées au sein de l’Assemblée sont mentionnées avec la marque du genre commandé par la personne concernée ». Mais cette règle s’applique aux comptes rendus écrits de séance, pas aux interventions des député.e.s. La sanction décidée par Sandrine Mazetier ne peut se fonder, en droit, que sur l’insistance ostentatoire du député, constitutive d’une provocation.

L’Académie française accepte « présidente »

« J’applique les règles de l’Académie française », se défend Julien Aubert (un argument qu’il avait déjà développé en janvier, fautes de grammaire en prime. Il était même venu se défendre dans les commentaires de notre article). Mais le député a tort sur ce point.

L’Académie française se montre effectivement rétive à la féminisation « systématique » des noms de titre et de fonction… mais « ne s’oppose pas au principe de la féminisation en tant que tel ». Et de fait, son dictionnaire accepte l’emploi de « présidente ». Son site internet l’utilise à plusieurs reprises en évoquant des femmes qui ont occupé une telle fonction. Elle s’oppose en revanche à l’emploi de « la ministre ».

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

4 commentaires

ajuga 7 octobre 2014 - 10:41

Vous rendez-vous compte que cette pub, énorme, c’est exactement ce qu’il veut ? Il passe pour un crétin ? mais son électorat est réac, pour 1300€ tout le monde parle de lui. Super affaire.

Répondre
maryse Brumassonne 10 octobre 2014 - 08:33

vive le MLF et les femens

Répondre
taranis 10 octobre 2014 - 08:43

J’ai pris la peine d’ouvrir une édition récente du Larousse et l’on peut constater le mensonge idéologique des hommes et femmes de droite. La féminisation des titres est bien prise en compte « President,e » ont la même définition ainsi que ministre qui est à double genre. Le Français est une langue vivante contrairement aux académiciens paternalistes qui sont déjà morts …A si « La Maréchale » est la femme du Marechal, va savoir pourquoi… Si vous séchez.. Lisez Zemmour

Répondre
flo 10 octobre 2014 - 11:43

Il faut voir ce matin dans le figaro les 140 députés UMP, fillon et guaino en tête, se fendre d’une « magnifique » tribune en forme d’ultimatum au président de l’Assemblée pour l’enjoindre de retirer la sanction. Leur argument ? le respect entre collègues. Respect vous dites ? j’en ris encore! Allez, encore une ou 2 conneries réac de ce genre et ils auront bien mérité leur place au cimetière des éléphants (du parti)!

Répondre

Répondre à flo Annuler la réponse