BabyNes : plus pratique, plus cher, moins écolo

par La rédaction

Le ‘Nespresso pour bébés’, qui arrive sur le marché français, séduit les uns et énerve les autres.


 

La nouvelle idée de Nestlé « déchaîne les passions », observe LeMonde.fr. BabyNes, c’est le Nespresso à portée des bébés : une machine et des capsules de lait en poudre pour obtenir un biberon en appuyant sur un bouton. Le produit, présenté à la fin du mois de mai par Nestlé, est disponible en France depuis quelques jours.

Il y a d’un côté celles et ceux qui crient au génie, tel le blogueur « Père de famille » (pour sa campagne marketing Nestlé s’est appuyé sur des blogueurs et blogueuses, à qui il a fait tester son nouveau produit) qui n’y voit que des avantages : « il n’a pas de grumeau, il est à température idéale et il est parfaitement dosé. »

De l’autre, il y a les arguments des pourfendeurs du système Nespresso : les capsules sont une aberration écologique, et le coût du biberon est bien plus élevé que celui obtenu avec du lait en poudre standard (la machine coûte 200 euros, la boîte de 26 capsules une quarantaine d’euros).

Après le lancement du produit en Suisse, il y a un an, son responsable le reconnaissait : « un biberon fait avec le système BabyNes est effectivement deux fois plus cher qu’un autre biberon de lait en poudre. Quant à la pollution, nous avons calculé qu’un biberon préparé avec la BabyNes a un impact environnemental de 20% supplémentaire ».

S’y ajoute le débat récurrent sur les bienfaits comparés de l’allaitement au biberon et l’allaitement maternel. Un débat que Nestlé tente de désamorcer en soulignant, sur la page d’accueil de BabyNes, « les bienfaits de l’allaitement maternel ».

Partager cet article

6 commentaires

Père de famille.fr 14 septembre 2012 - 19:33

Bonjour et merci pour la citation!
Effectivement, Nestlé m’a permis de tester en avant première la machine BabyNes.
Honnêtement je lui ai trouvé beaucoup d’avantages mais hors de question de militer en faveur du biberon versus l’allaitement maternel.
C’est un produit qui mérite d’exister mais qui, comme certains laits en poudre biologiques, n’est sans doute pas à la portée de toutes les bourses.
Je ne me souviens pas que Nespresso est eu à supporter ces remarques à son lancement, pourtant la comparaison est vite faite entre les 2 produits et chacune des critiques, négatives comme positives, fonctionnent pour l’une et pour l’autre des machines.
Voilà mon point de vue ; )

Répondre
Montetino 16 septembre 2012 - 16:42

Comme lorsque les capsules ont fait leur apparition, on a vue arriver les dosettes papier : rien n’empêche de penser qu’il n’en sera pas de même.
J’invite toutes les entreprises et structures publiques qui reçoivent du public à proposer de telles machines en libre accès : au lieu de trimbaler un lourd biberon à garder au chaud, les parents pourront se contenter du biberon vide et d’une capsule, et j’espère bientôt, une dosette !
Ah si nous avions eu ça il y a…, combien les deux biberons par nuit auraient été plus rapide, moins stressants, et les nuits plus longues !

Répondre
Lili 17 septembre 2012 - 12:55

Moi ce qui me fait marrer, c’est qu’encore une fois la mécanisation, la substitution du travail humain par la machine, suit de près une activité d’hommes…

Et oui, les hommes se mettent de plus en plus au biberonnage, et hop une firme innove et invente la machine qui facilite le biberon. il faut dire que tant que c’étaient les femmes qui s’occupaient de ça, pourquoi chercher à les en soulager?

Si le ménage était assuré par les hommes, il y a longtemps qu’on aurait inventé le robot qui passe le balai (je sais il existe… depuis 3 ans !!), celui qui lave le sol, celui qui nettoie les carreaux.

Répondre
hic 18 septembre 2012 - 10:57

« Lili »
Moi ce qui me fait marrer, c’est qu’encore une fois la mécanisation, la substitution du travail humain par la machine, suit de près une activité d’hommes…

Et oui, les hommes se mettent de plus en plus au biberonnage, et hop une firme innove et invente la machine qui facilite le biberon. il faut dire que tant que c’étaient les femmes qui s’occupaient de ça, pourquoi chercher à les en soulager?

Si le ménage était assuré par les hommes, il y a longtemps qu’on aurait inventé le robot qui passe le balai (je sais il existe… depuis 3 ans !!), celui qui lave le sol, celui qui nettoie les carreaux.

Très juste. Ça me fait penser au (super) bouquin de Paola tabet « des outils et des corps », à ce propos.

Répondre
Seb. 18 septembre 2012 - 18:22

Votre argument n’est pas très rationnel. Le fer à repasser, le lave linge… et bien d’autres outils ménagers ont été inventé alors qu’il était encore inconcevable que des hommes se livrent à ce genre d’activité. Vous allez me dire que mes exemples correspondent à l’après guerre, et à l’entrée des femmes dans l’emploi rémunéré. Cependant, suite à l’après guerre si a commencé à admettre que les femmes occupent ces emplois, on ne concevait pas pour autant que les hommes effectuent des taches ménagères. Par ailleurs, ce que l’on appelle « l’art ménager » et ce qui si rattache n’a jamais cessé de connaître des évolutions.

Le produit sort parce qu’il est dans l’air du temps, qu’il est une extension somme toute très simple de la fameuse machine Nexpresso, mais surtout parce que cela va rapporter de l’argent à ceux qui les commercialise.

Il faut arrêter de délirer sur les intentions réelles ou supposées des stratégies commerciales. Si il y a un marché à prendre, les grandes entreprises s’y engouffrent sans autre état d’âme. (à suivre)

Répondre
Seb. 18 septembre 2012 - 18:36

Ca me fait penser au débat lancé par Élisabeth Badinter opposant condition des femmes et écologie, mais il aurait mérité d’être développé et plus nuancé. La question porte principalement sur l’allaitement qui est la seule pratique où les hommes ne peuvent se substituer aux femmes. Je n’ai pas vraiment d’idée précise sur la proportion et des cas où l’allaitement constitue ou non une entrave à l’activité professionnelle et des cas où il n’a aucune incidence. Est ce que des mesures peuvent être prises pour que l’allaitement puisse être pratiqué sans que cela pose de difficultés professionnelles ?

Répondre

Laisser un commentaire