Accueil Politique & Société BalanceTonPorc : la condamnation pour diffamation de Sandra Muller effacée

BalanceTonPorc : la condamnation pour diffamation de Sandra Muller effacée

par La rédaction

La cour d’appel de Paris vient d’infirmer la décision condamnant Sandra Muller en diffamation pour avoir rapporté les propos d’un « porc ».

Sandra Muller n’est pas condamnée pour diffamation. La cour d’appel de Paris a rendu sa décision ce mercredi dans l’affaire « Balance ton porc. » Et elle infirme « en toutes ses dispositions » le jugement rendu le 25 septembre 2019 par le tribunal de grande instance et déboute Éric Brion de l’ensemble de ses demandes. La journaliste, qui avait initié le hashtag #BalanceTonPorc en 2017 sur Twitter, avait été condamnée en première instance en septembre 2019 pour diffamation par le tribunal de Paris. 

Eric Brion était le premier à avoir été « balancé » . Sandra Muller avait écrit sur Twitter : « Toi aussi raconte en donnant le nom et les détails d’un harcèlement sexuel que tu as connu dans ton boulot. Je vous attends. » Et, quelques heures plus tard, ce message : « Tu as de gros seins. Tu es mon type de femme. Je vais te faire jouir toute la nuit. Éric Brion, ex-patron de Equidia #BalanceTonPorc. » Des mots que l’ancien patron d’Equidia avait prononcés lors d’une soirée cannoise en 2012, et qu’il ne niait pas.

Lire : #BALANCETONPORC, BALANCE TA PROIE : SANDRA MULLER CONDAMNÉE

Mais l’homme a voulu faire condamner Sandra Muller pour diffamation en se défendant de l’avoir harcelée alors qu’il était question de « porc », pas de harcèlement sexuel. C’est pourtant cette voie qu’avait suivie le TGI de Paris dans son jugement du 25 septembre 2019, estimant que la preuve du harcèlement sexuel tel que défini par le Code pénal n’était pas rapportée « en l’absence de répétition des faits et l’absence de chantage » et « en l’absence de lien de subordination ou de collaboration entre les parties ». Hors sujet manifestement !

La cour d’appel considère que : « Même si Eric Brion a pu souffrir d’être le premier homme dénoncé sous le #balancetonporc, le bénéfice de la bonne foi doit être reconnu à Sandra Muller ».  Elle estime que les propos tenus sur Twitter par Sandra Muller s’inscrivaient « dans le cadre d’un débat d’intérêt général, dès lors qu’ils visent à dénoncer les comportements à connotation sexuelle et non consentis de certains hommes vis-à-vis des femmes ». Elle élargit même le propos : « Il ressort du dossier que les mouvements #BalanceTonPorc et #MeToo ont été très suivis, salués par diverses autorités et ont contribué à la libération de la parole des femmes de façon positive. »

A l’annonce du verdict, sur les réseaux sociaux, un vent d’optimisme a enfin soufflé dans les rangs féministes. D’abord Sandra Muller a déclaré : « Je me réjouis de la décision de la cour d’Appel de ce jour qui a débouté Eric Brion de l’ensemble de ses demandes . J’ai porté un sujet d’intérêt général sur une base factuelle suffisante pour reconnaître ma bonne foi. Cette décision est pour moi un soulagement. Et utile à la cause des femmes . C’est un jour historique pour la cause des femmes, des victimes et pour la France. »

Le journaliste Hamel Ian ajoute « Devant la cour d’appel de Paris Sandra Muller a gagné son procès contre Eric Brion, le premier « porc » de Twitter. Une des premières victimes présumées de Tariq Ramadan a eu le courage de porter plainte par ce que Sandra Muller avait soulevé le couvercle avec #balancetonport.

Osez le féminisme qui avait soutenu la journaliste ajoute : Après une 1ère condamnation incompréhensible et disproportionnée, Eric Brion est débouté en appel. La libération de la parole des femmes, c’est maintenant ! La honte doit changer de camp !

Lire aussi dans Les Nouvelles News

SCIENCESPO DANS LA TOURMENTE, FIN DE L’OMERTA

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire