Accueil Société Au tour du basket d’autoriser les têtes couvertes

Au tour du basket d’autoriser les têtes couvertes

par La rédaction
 Basketteuses qataries lors d’un match amical contre l’ambassade américaine à Doha, 17 août 2011. Par Vinod Divakaran via Flickr (CC BY 2.0) .


Basketteuses qataries lors d’un match amical contre l’ambassade américaine à Doha, 17 août 2011. Par Vinod Divakaran via Flickr (CC BY 2.0) .

La FIBA, Fédération internationale de basket-ball, a adopté une nouvelle règle qui autorise les joueuses et joueurs à jouer avec la tête couverte.


 

Le port du couvre-chef sera désormais autorisé dans les compétitions internationales de basket-ball. C’est ce qu’a décidé le Congrès de la Fédération internationale (FIBA), jeudi 4 mai. Cette nouvelle règle doit entrer en vigueur le 1er octobre 2017.

La FIBA avait lancé un « processus de révision » sur cette question en septembre 2014, après que l’équipe féminine de basket-ball du Qatar s’était retirée des Jeux Asiatiques pour s’être vu refuser de jouer avec le hijab. Une pétition lancée à la même époque par la joueuse américaine d’origine bosnienne Indira Kaljo a par ailleurs récolté plus de 130000 signatures. La question du turban, pour les joueurs sikhs, se posait également.

« La nouvelle règle a été développée afin de minimiser le risque de blessure et de préserver une uniformité de couleur avec le reste de l’équipement vestimentaire ». Il ne pourra pas directement s’agir d’un voile ou d’un turban, mais d’un couvre-chef qui ne risque pas de tomber et laisse libre le visage. Cette décision « résulte du fait que les codes vestimentaires traditionnels dans certains pays – qui veulent que la tête et/ou l’ensemble du corps soient couverts – étaient incompatibles avec les précédentes règles de la FIBA », souligne la fédération dans un communiqué.

Depuis des années, la question du droit au port du couvre-chef dans les compétitions sportives internationale divise celles et ceux qui y voient un progrès pour le droit de chacun à participer à une compétition sportive, et celles et ceux qui dénoncent l’intrusion de la religion dans le sport. Mais l’autorisation s’est désormais étendue à la plupart des sports, du football au judo.

Comme pour désamorcer toute polémique, la Fédération internationale évoque dans son comuniqué un « moment historique », survenu en Iran le 13 avril dernier : « lors d’un match test de la FIBA avec des femmes jouant en hijab, des hommes ont pu pour la première fois être les spectateurs direct d’un événement sportif féminin ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Bikini et hijab : « contraste culturel » au beach-volley

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

flo 5 mai 2017 - 14:08

C’est comme pour l’arrivée du burkini sur la plage : soit on crie au scandale, au sexisme, à la régression dangereuse, à la menace de notre propre liberté à porter le bikini ou à dunker cheveux aux vents, soit on pense que c’est plutôt une amélioration dans la vie d’une femme très pieuse, dans la mesure où elle peut accéder aux plaisirs de la baignade ou du sport, tout en restant en stricte conformité avec sa morale, fusse t-elle symbolisée par un voile sombre.

Répondre
09 Aziza 9 mai 2017 - 19:38

Il faut surtout arrêter de s’obséder avec des codes vestimentaires qui peuvent-ou pas- avoir une signification religieuse, mais surtout culturelle pour beaucoup de pays.
Les femmes occidentales sont soumises aux diktats de l’esthétique, du jeunisme, de la mode imbécile de la maigreur. Quand de très jeunes filles se font retoucher les seins avec la bénédiction de leur mère, il y a de quoi se faire du souci. Que la seule libération soit d’avoir la tête nue, ça a été le propos d’une certaine dame pendant la campagne, non? Et oui, l’important, c’est que les gens pratiquent le sport, leur tête on s’en fout!

Répondre

Laisser un commentaire