Accueil International Pour Ben Carson, l’avortement est comme l’esclavage

Pour Ben Carson, l’avortement est comme l’esclavage

par La rédaction
Ben Carson
Ben Carson

Ben Carson le 26 février 2015. Par Gage Skidmore 4″ by Gage Skidmore. Licence CC BY-SA 3.0, via Commons

La petite phrase qui choque : Ben Carson, candidat à la primaire des Républicains aux Etats-Unis, compare les femmes souhaitant avorter et les « propriétaires d’esclaves ».


 

 

Comparer avortement et esclavage : un candidat républicain à la présidentielle aux Etats-Unis a osé. Invité dans une émission de NBC dimanche 25 octobre, Ben Carson a mis sur le même plan les femmes souhaitant mettre un terme à leur grossesse et les propriétaires d’esclaves. En jouant sur l’idée du droit de vie et de mort. « Pendant la période de l’esclavage, beaucoup de propriétaires d’esclaves pensaient avoir le droit de faire tout ce qu’ils voulaient à leurs esclaves », a expliqué celui qui est désormais le favori numéro 2, derrière Donald Trump, à l’investiture républicaine

Ce n’est pas la première fois que Ben Carson utilise ce type de comparaison. En 2013, l’ancien neurochirurgien avait donné un coup de fouet à sa carrière politique, comme le commente le Washington Post, en déclarant que la réforme du système de santé d’Obama était « la pire chose pour cette Nation depuis l’esclavage ».

Dans ce même entretien sur NBC, Ben Carson a insisté sur son souhait de revenir sur le droit à l’avortement, effectif depuis 1973 et la décision de la Cour Suprême Roe vs Wade.. Il s’y oppose même en cas de viol ou d’inceste. Quant aux cas où la vie de la mère est en danger, cela se discute à ses yeux.

Dans les Etats qu’il contrôle, le Parti républicain a multiplié, ces dernières années, les textes visant à restreindre le droit et l’accès à l’IVG (Voir : Texas : le droit à l’avortement perd une bataille). Même si, à l’échelle fédérale, il a préféré remballer en début d’année un projet de loi très restrictif (Voir : L’avortement embarrasse le Parti républicain). La presse analysait alors cette frilosité comme une volonté de ne pas braquer l’électorat jeune et féminin en vue des élections de 2016. Visiblement, Ben Carson n’a pas cette pudeur.

 

Lire aussi :

Fin de partie pour Akin et Mourdock, théoriciens du viol

 

1 commenter

09 Aziza 27 octobre 2015 - 10:26

Ben Carson veut rétablir l’esclavage….des femmes, dont la vie a , effectivement, peu de prix , puisqu’elle se « discute ».
Est ce que quelqu’un lui a répondu ?

Répondre

Laisser un commentaire