Accueil Sans catégorie Bikini et hijab : « contraste culturel » au beach-volley

Bikini et hijab : « contraste culturel » au beach-volley

par La rédaction
beach-volley

Des Allemandes en bikini face à des Égyptiennes couvertes. Les images d’un match de beach-volley aux Jeux olympiques ne manquent pas de faire parler.


C’est une opposition qui a suscité une foule de commentaires. Dimanche 7 août, dans la compétition olympique de beach-volley, les Allemandes affrontaient les Égyptiennes et l’ont emporté en deux sets, 21-12, 21-15.

Mais l’opposition n’était pas que sportive, elle était aussi vestimentaire. Alors que les Allemandes jouaient en bikini, les Égyptiennes avaient le corps couvert et une des deux joueuses portait un foulard.

Une image de ce « contraste culturel » – comme le présente la légende de la photo – fait même la une du quotidien britannique The Times ce mardi.

beach-volley

 

Une autre image de la rencontre, signée par la photographe de l’agence Reuters Lucy Nicholson, a été particulièrement reprise sur les réseaux sociaux. Elle montre l’Égyptienne Doaa Elghobashy face à l’Allemande Kira Walkenhorst.

 

Et les commentaires sont partagés : si pour les un.e.s cette image est un signe que le sport transcende les différences culturelles, d’autres dénoncent l’intrusion de la religion dans le sport. La polémique n’ayant d’ailleurs rien de nouveau (Voir par exemple : Polémique sur le port du voile dans le sport : au tour du basket).

La BBC Afrique ose même y voir une opposition « bikini contre burqa ».

BeachVolley

… bien qu’il ne s’agisse en rien d’une burqa (voile intégral qui couvre entièrement le visage), mais d’un hijab. Tandis que d’autres font remarquer que l’autre joueuse égyptienne, Nada Meawad, n’est pas voilée… et n’apparaît pas sur les photos les plus reprises par la presse.

Le bikini était tout simplement obligatoire pour les joueuses de beach-volley entre 2000 et 2012. La fédération internationale avait, au printemps 2012, assoupli ses règles vestimentaires pour « respecter les habitudes culturelles et/ou les croyances religieuses » et « intégrer davantage de pays » (Voir : Plus de bikini obligatoire pour les beach volleyeuses).

A l’été 2014, c’est l’obligation du bikini pour les beach-handballeuses qui faisait débat (Voir : Beach handball : les anti-bikini l’emportent en Espagne).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Beach-volleyeuses et faux-culs

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

flo 9 août 2016 - 13:45

Le vrai débat, à mon avis, devrait porter sur la différence des tenues entre, d’un côté les femmes -hijab et/ou bikini avec brassière peu importe- et puis les hommes : short ample et tee shirt pour tout le monde, et basta quelle que soit sa religion, sa couleur de peau, sa culture, ses traditions…. bref on retient que seul le corps des femmes pose un problème à la terre entière, faut l’exhiber… ah non le couvrir ! non le sexualiser ! mais vous n’y pensez pas dieu a dit que… ! oui mais chez nous monsieur on est LIBRES ! Libres de porter le bikini coincé dans le c… si ça nous chante ! et dieu n’a qu’à pas consulter « beach volley » sur google images…

Répondre
Sylhouahe5 18 août 2016 - 08:13

D’accord avec ton commentaire Flo,
Je trouve tout aussi choquantes les tenues des femmes en bikini que celles des femmes en hijab.
Les premières sont trop dénudées et servent plus à satisfaire le voyeurisme pervers de certains mâles qui se voudraient dominants et qui exigent des femmes sportives qu’elles soient avant tout sexy (voir les tenues des coureuses, des gymnastes, etc., toujours plus courtes que celles des hommes). Les secondes sont trop couvertes, ce qui empêche la liberté de mouvement, parce que le corps des femmes ne peut jamais être considéré dans les pays à dominante musulmane autrement que de « désir » (charnel,bien sûr) et donc à dissimuler aux yeux des hommes incapables de résister à leurs « attraits ».
Et si on laissait aux femmes le choix de leur tenue ?
Elles choisiraient des tenues souples, confortables, ni sexy ni moches… Comme les hommes.

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com