Accueil Eco & SocialEnvironnement Branle-bas-de combat autour des OGM

Branle-bas-de combat autour des OGM

par La rédaction

Une étude choc sur la dangerosité d’un maïs OGM enflamme les médias et les politiques. Mais les contre-feux sont déjà apparus.


 

 

L’étude menée par l’équipe de Gilles-Eric Séralini sur la toxicité d’un maïs génétiquement modifié de Monsanto, dévoilée par le NouvelObs qui en a eu la primeur, fait l’effet d’une bombe.

Le gouvernement français prend cette étude « très au sérieux » et a saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail et le Haut Conseil des Biotechnologies. Et la vague est remontée jusqu’à Bruxelles, note Euractiv.fr : la Commission européenne a également aussitôt réagi en saisissant l’agence européenne de sécurité alimentaire. A terme, l’autorisation d’importation dans l’Union européenne du maïs NK 603 pourrait être suspendue.
« C’est exactement ce que je demandais », se réjouit Corinne Lepage, commanditaire de cette étude, et qui publiera vendredi 21 septembre un livre consacré aux OGM. L’ancienne ministre réclame que soient menées sur les OGM des études officielles à un rythme soutenu.

Car déjà des critiques apparaissent sur le sérieux de l’étude « choc » menée par Gilles-Eric Séralini. « Si les résultats se confirment, c’est le scoop du siècle. Et dans ce cas il faudrait interdire les OGM dans le monde entier », commente un spécialiste, Gérard Pascal, sur Sciences et Avenir. Mais il met en doute les conditions de réalisation de l’étude, et réclame même « une commission d’enquête sur le laboratoire dans lequel les expériences ont été faites. » Sur Slate.fr, Jean-Yves Nau évoque également les doutes, et s’étonne de « la réactivité, totalement inhabituelle, du gouvernement français (…)  Tout se passe, une nouvelle fois, comme si les responsables politiques tenaient à se prémunir d’une éventuelle responsabilité sanitaire future ». L’Association Française pour l’Information Scientifique dénonce un « show politico-médiatique ». Mais cette association est apparue par le passé, souvent favorable aux OGM.
Au final, donc, difficile pour le grand public de se faire une idée précise à ce jour.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Marie 20 septembre 2012 - 09:38

C’est presque une bonne nouvelle, si l’on parvient à l’interdiction de cet OGM. Mais combien de fois faudra-t-il le répéter : nous n’avons toujours pas d’informations précises sur les dangers sur la santé des produits OGM eux-mêmes, c’est un fait (freins sur les financements de telles recherches ? Publication partielle de résultats ?…). Mais ce que nous SAVONS et ce, depuis l’introduction des cultures OGM, c’est que ces espèces sont créées pour résister à l’emploi massif de pesticides à large spectre (donc très nocifs : certains produits toxiques, interdits en France, sont utilisés sur les cultures comme de l’eau distillée en Amérique du Sud où sont produits la plupart des fourrages des animaux consommés en France, par exemple). Donc, ne serait-ce que par leur grande nocivité pour :
– les paysans (la plupart du temps, sans terre) qui travaillent et vivent en respirant ces produits chaque jour,
– la faune, la flore, bref, la biodiversité environnante,
– les sols qui se meurent,
– accessoirement, les produits bombardés de pesticides que l’on va manger,
il serait temps que l’on soulève les vraies questions qui entourent le développement d’espèces OGM par l’agro-industrie (qui, au passage, produit à la fois les OGM et les pesticides auxquels ils sont résistants : la multiplication des bénéfs, by Monsanto).

Répondre
hic 20 septembre 2012 - 15:26

Ah, les OGM sont résistant aux pesticides? Je pensais qu’ils résistaient aux maladies et aux insectes justement parce qu’ils avaient des pesticides en eux. Peut-être sont-ce plutôt les insectes qui sont devenus résistants aux pesticides?

Répondre
marie 21 septembre 2012 - 08:28

« hic »
Ah, les OGM sont résistant aux pesticides? Je pensais qu’ils résistaient aux maladies et aux insectes justement parce qu’ils avaient des pesticides en eux. Peut-être sont-ce plutôt les insectes qui sont devenus résistants aux pesticides?

En majorité, non ; par exemple l’OGM qui fait des vagues en ce moment, le NK603 de Monsanto, a été créé pour résister au RoundUp, produit hautement toxique créé par Monsanto également (Monsanto a été condamné, en France, à retirer sa pub mensongère sur la « biodégradabilité » du produit que l’on sait nocif pour l’environnement. Le produit a la même base que l’agent orange pulvérisé pendant la guerre du Viêt Nam). Voir par exemple : http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/19/qu-est-ce-que-le-mais-nk603-soupconne-de-toxicite_1762504_3244.html
Cependant effectivement, il existe aussi des espèces OGM qui sont modifiées dans le but de résister à certains insectes, dans une moindre proportion. Et vous avez raison, cette résistance est partielle puisque les insectes responsables des maladies des plantes peuvent rapidement muter pour résister à la plante GM, ou encore, on peut observer l’arrivée de nouveaux insectes nuisibles et plus difficiles à chasser.
La question reste alors entière : ça fait quoi, de manger du maïs qui, pourquoi pas, va relâcher son petit pesticide dans notre ventre ?

Répondre

Laisser un commentaire