Une brèche dans le Mur de la ségrégation

par La rédaction
WomenWall_h150

Prière du 11 avril dant le Mur © Women of the Wall

Les ‘Femmes du Mur’ sont-elles en passe de gagner leur long combat pour prier dans les mêmes conditions que les hommes devant le Mur des Lamentations ? Un compromis se dessine.


 

Jeudi 11 avril, comme chaque mois ou presque, des militantes de ‘Women of the Wall‘ ont été interpellées après avoir prié devant le Mur des Lamentations à Jérusalem.

Depuis des années, ces féministes de confession juive se rassemblent mensuellement au pied Mur – le lieu le plus sacré du judaïsme – en bravant les interdits pour réclamer que les femmes puissent y prier dans les mêmes conditions que les hommes. Elles y récitent la Torah à voix haute – ce qui est interdit car « la voix d’une femme est considérée comme un élément de tentation, qui empêcherait les hommes de se concentrer sur leurs prières » – et portent pour certaines le « tallitot », le châle de prière réservé aux hommes (Voir : Les Femmes du Mur ne se font pas prier).

Elles parlaient jusque-là à un mur, mais leur militantisme semble sur le point de payer. Depuis 2 mois, la pression internationale s’est accentuée en soutien aux Femmes du Mur. Et, mardi 9 avril, Natan Sharansky, président de la Jewish Agency, qui avait été nommé comme médiateur fin 2012, a présenté un plan de sortie de crise. Il s’agirait de rénover une zone au sud du Mur, qui serait mixte et accessible en permanence pour des prières « égalitaires ».

Pour l’heure, la ségrégation est stricte. Seule une petite partie du Mur (sur un cinquième de sa longueur) est réservée aux femmes, et le reste aux hommes. La porte-parole de ‘Women of the Wall’, Anat Hoffman, se dit à la fois optimiste et réservée sur ce plan de compromis, qui reste encore à préciser. Et il devra être approuvé par le gouvernement, qui doit compter avec l’influence des orthodoxes…

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire