Accueil MédiasBruits et chuchotements Bruits et chuchotements : que de candidats !

Bruits et chuchotements : que de candidats !

par Isabelle Germain

Européennes, municipales, succession de Theresa May, les hommes se mettent sur le devant de la scène pour se faire élire. Les femmes ne sont pas gommées grâce à Nathalie Loiseau et à Anne Hidalgo. Mais elles sont noyées sous la foultitude de candidats à tout ! Revue de presse.

Lundi 25 mars
Bruits : bonne surprise ce lundi en feuilletant les journaux nationaux. A Libération, les femmes occupent autant de place que les hommes. Et elles ne sont ni réduites à leur relation à un homme qui serait le héros de l’information, ni victimes, ni anonymes. C’est Anne Hidalgo qui fait la une. Parce qu’elle « reprend la main ». La maire de Paris, si souvent conspuée, affiche un fier sourire. Puis c’est une politologue, Myriam Benraad, qui est interviewée à propos de l’influence persistante de l’Etat Islamique. Nathalie Loiseau qui va mener la liste LREM aux Européennes est aussi en bonne place même si Pascal Canfin lui vole la vedette. L’ex-ministre de François Hollande, actuel directeur du WWF a décidé après moult essais, de rejoindre LREM. Ailleurs, Anne Hidalgo est plus discrète et ce sont plutôt les candidatures à la mairie de Paris  de Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi, deux actuels ministres qui font couler de l’encre. Vont-ils quitter le gouvernement ? Même dans les pages « international » des journaux, malgré la visite du dirigeant chinois Xi Jinping, une dirigeante apparaît, la Première ministre britannique Theresa May qui n’arrive pas à se dépêtrer du Brexit. Dans les pages « culture », c’est l’exposition Toutânkhamon qui prend toute la place. Côté sport : femmes invisibles. Comme d’hab.

Ce lundi, les médias font aussi beaucoup de bruit à propos d’une « septuagénaire » appelée aussi « petite mamie » gravement blessée à Nice lors d’une manifestation des Gilets jaunes. Geneviève Legay, une porte-parole de l’association Attac dans les Alpes-Maritimes, a  été accusée de se trouver dans un lieu non autorisé à la manifestation (ce qui n’est pas certain). Et ce fut un déluge de paternalisme. Le président de la République lui souhaitant « un prompt rétablissement, et peut-être une forme de sagesse » tandis que Jean-Luc Mélenchon leader de la FI, lui répondait « Monsieur Macron, notre Geneviève de Nice n’a pas besoin de vos leçons de sagesse… ». Il appelle Emmanuel Macron « monsieur », et pour lui, Geneviève Legay, n’a qu’un prénom et est « notre »…
Ce même lundi, en passant comme ça, sur France inter peu avant 8 heures, l’Académicien Jean-Christophe Rufin balance à propos de Nathalie Loiseau  qu’elle est « la mère supérieure des technocrates français »…

Mardi 26 mars
Bruits : La bataille des forains pour occuper le centre-ville au Mans est l’occasion de voir encore beaucoup d’images guerrières.// La Chine a commandé 300 Airbus, Emmanuel Macron n’est pas peu fier ! // Signature par Donald Trump du décret reconnaissant la souveraineté d’Israël sur le plateau du Golan. Que d’hommes sur la photo ! // Theresa May, la Première ministre britannique, en revanche est « humilié » -beaucoup de journaux l’assurent- par les députés qui veulent prendre le contrôle du Brexit. // Pascal Canfin fait encore les gros titres des journaux.

Chuchotements : Sport : enfin un tournois de tennis ! A Miami, c’est l’occasion de voir des femmes compétitrices au milieu de tous ces hommes qui squattent les pages sport des journaux.

Mercredi 27 mars
Bruits : En Algérie, l’armée lâche Boutéflica // L’écrivain Philippe Besson, ami d’Emmanuel et Brigitte Macron, ne sera pas nommé consul général à Los Angeles. Le Conseil d’État a annulé un décret d’août 2018. // Theresa May quitte ses fonctions de Premier ministre et l’AFP dresse la liste des prétendants à sa succession : 100 % d’hommes.// Carlos Ghosn et les gros sous : Nissan aurait payé 600 000 dollars pour payer les études de ses enfants. // Pascal Canfin n’en finit pas de justifier son ralliement à Emmanuel Macron. // Partiront ? Partiront pas ? le suspens leur donne une belle visibilité : Benjamin Griveaux porte-parole du gouvernement et Mounir Mahjoubi secrétaire d’État chargé du Numérique pourraient quitter le gouvernement pour se concentrer sur les municipales de 2020 à Paris. 

Chuchotement : La maire de Paris Anne Hidalgo (PS) devancerait légèrement le candidat de La République en marche (LREM) au premier tour des élections municipales de 2020, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Jeudi 28 mars
Bruno Lemaire, le ministre de l’Economie propose un nouveau placement « patriotique » pour pousser les épargnants à financer les entreprises. // Agnès Buzin, la ministre des Solidarités et de la Santé annonce une grande loi sur la dépendance. // L’Artiste JR célèbre les 30 ans de la pyramide du Louvre. //  David Amiel et Ismaël Emelien, deux conseillers d’Emmanuel Macron viennent de quitter leurs fonctions à l’Elysée. Officiellement pour promouvoir leur livre « Le progrès ne se tombe pas du ciel » (Fayard). La presse leur demande s’ils n’auraient pas été un peu trop proches d’Alexandre Benalla. // Echange d’amabilités entre l’ancien président du Crédit lyonnais, Jean Peyrelevade et Bernard Tapie. Le premier étant entendu comme témoin. // Fronde des  prêtres du diocèse de Lyon qui demandent le départ du cardinal Barbarin// Le pape esquive les baisers sur la bague. Pourquoi ? Les journaux essaient de percer le mystère.//

Des journalistes du Figaro ont écrit un livre sur Anne Hidalgo et sans surprise, le quotidien de droite démolit cette femme politique de gauche. Mais avec des arguments tricotés dans un sexisme retors. Le titre, « La reine maire de Paris » laisse deviner qu’elle sera jaugée par le prisme des qualités attendues d’une mère. Les auteurs de l’ouvrage voient un « côté autoritaire, enrobé dans une stature de mère abusive ». Le Figaro n’aime pas les femmes qui ont de l’autorité, qualité pourtant indispensable pour exercer le pouvoir. S’ils décrivent avec sympathie une « petite fille sage » au début de l’ouvrage, les auteurs n’aiment pas la posture de « maîtresse d’école » de l’édile… Un festival de stéréotypes et de ces figures du féminin qui rendent le pouvoir impossible aux femmes, (voir Marie-Joseph Bertini, Femmes : le pouvoir impossible, Paris, Pauvert/Fayard, coll. Essai, 2002, Elle montre que, dans les médias, les femmes sont systématiquement réduites à cinq figures : l’égérie, la muse, la madone, la mère et la pasionaria. Pas vraiment des postures conduisant vers le pouvoir) 

Vendredi 29 mars
Mort d’Agnes Varda, la réalisatrice. Dans un communiqué ses proches écrivent « Sa famille et ses proches l’entouraient. Pionnière de la Nouvelle Vague, elle avait commencé comme photographe du TNP en 1949. Auteure de plus de 50 films, courts, longs, fictions, documentaires, féministe joyeuse, artiste passionnée, elle présentait en février son dernier film Varda par Agnès au festival de Berlin et venait de terminer l’installation de son exposition au Domaine de Chaumont-sur-Loire ».

Agnès Varda était une exception dans le septième art qui compte si peu de réalisatrices. Elle a ouvert la voie pour permettre aux femmes de proposer une autre vision du monde car disait-elle, « l’objectif est subjectif ».

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire