Accueil MédiasBruits et chuchotements Cantat indécent au Quebec, pas en France

Cantat indécent au Quebec, pas en France

par Isabelle Germain

Sa venue au Québec dans un an provoque un boycott. En France, Bertrand Cantat se produira au prochain festival d’Avignon.

Ajout : après médiatisation de cette affaire, Cantat ne se produira ni à Avignon, ni au Québec.


Si l’on apprend, dans la presse française, que Bertrand Cantat se produira au festival d’Avignon en juillet prochain, c’est seulement parce que l’annonce de la même production au Québec, dans un an, fait déjà un scandale de l’autre côté de l’Atlantique. Dans la pièce « Des Femmes – Les Trachiniennes, Antigone et Electre » de Sophocle, mise en scène par l’auteur-metteur en scène libano-québécois Wajdi Mouawad, Bertrand Cantat est chargé, avec 3 autres musiciens, de composer la musique du chœur antique et de l’interpréter sur scène.

Bertrand Cantat a été condamné pour « homicide involontaire » pour avoir provoqué la mort de Marie Trintignant au cours d’une dispute violente à Vilnius en Lituanie où elle achevait le tournage d’un film.  Elle avait perdu connaissance, il n’avait pas appelé les secours ; elle est morte huit jours après, des suites de ces coups. Bertrand Cantat a été condamné par la justice lituanienne à huit ans de prison ; il était en liberté conditionnelle depuis 2007, son contrôle judiciaire a pris fin en 2010.

Aux yeux de la loi, l’homme a purgé sa peine, chacun le reconnaît des deux côtés de l’Atlantique. Mais au Québec, des appels au boycott se font jour. Le Théâtre du Nouveau Monde, où devait se jouer le spectacle, reçoit une avalanche de courriers selon la presse canadienne.

Niveau de tolérance

 

Et les commentaires des internautes sur les différents sites sont outrés. Le vocabulaire choisi par les journaux canadiens est d’ailleurs différent de celui employé par les magazines français. Foin de « crime passionnel », de « dispute qui a mal tourné » ou de termes apitoyés sur celui qui a mis fin aux jours de sa compagne.  « Le Devoir » par exemple le présente ainsi : « le musicien français Bertrand Cantat, qui a battu à mort sa compagne Marie Trintignant ». Le niveau de tolérance à la violence envers les femmes étant manifestement plus faible au Québec qu’en France, un artiste criminel, même s’il a purgé sa peine, ne bénéficie pas de l’indulgence de son public.

Ajout : Le 7 avril, Jean-Louis Trintignant a annulé sa venue au festival d’Avignon ou il devait lire des poèmes de Prévert, Vian et Desnos. Puis, le 8 avril,  Cantat a renoncé à y aller. Et le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) de Montréal a annulé la venue du chanteur.

A lire aussi…

@rrêtsurimages.net reprend en détail, ce jeudi 7 avril, des extraits de la presse et de commentaires de blogueurs québécois.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

26 commentaires

26 commentaires

Nanoubix 7 avril 2011 - 00:07

Je dois avouer que re-écouter des textes de Noir Désir a toujours un goût amer, pour moi et la plupart de mes connaissances qui aimaient ce groupe. On en parle pas, c’est mieux comme ça, vite sous le tapis, jusqu’au jour où Cantat réapparait. Le scandale au Canada, wake-up call?

Répondre
hcuny 7 avril 2011 - 07:35

De « crime passionnel » à « battu à mort », cette différence de langage en dit, en effet long sur la perception de l’évènement.
Certes Bertrand Cantat a purgé sa peine, mais on attendrait certainement de la part de l’intéressé un peu plus de décence et de discrétion. Oui, il a été un brillant musicien, mais cette caractéristique ne doit pas servir de prétexte à un mea culpa public. Faire comme s’il ne s’était rien passé, c’est déjà rentrer dans une amnésie collective,instaurer la loi du silence. Ce n’est pas comme çà que l’on fait évoluer les mentalités.

Répondre
Emilie Martin 7 avril 2011 - 08:31

Excellentes et justes réflexions sur la criminelle indulgence des français pour les « crimes passionnels ».
L’épouse de Cantat, Kristina Rady, qui après l’avoir déclaré violent l’a soutenu mordicus s’est suicidée après qu’il ait « retrouvé l’amour » avec une autre;-(((
http://laconnectrice.wordpress.com/2011/04/06/bertrand-cantat-indesirable-au-quebeci/

Répondre
raja 7 avril 2011 - 09:40

la question que je me pose c’est si cantat avait tué une femme lambda en aurait on parlé, combien de femmes meurent sous le coup de leur partenaire sans que la presse en parle ou que les dit hommes ne soient interdit de refaire leur vie…je suis pour des condamnations plus sévère mais je suis aussi pour le droit à tous de purger une peine et basta.cantat est chanteur c’est comme ça qu’il gagne sa vie, il a tué une femme, il a été punie doit on lui souhaiter pour autant de se cloitrer chez lui et d’y mourir. comme ceux qui continue à admirer le violeur Roman Polanski, lui offrir des prix et des soirées spéciales, cantat devrait avoir le droit de pratiquer son art.lutter contre la violence faite aux femmes ne passe pas par le limogeage ou la pendaison des violents mais en amont empêcher cette violence, l’éducation , la prévention et la vigilance.

Répondre
raja 7 avril 2011 - 10:01

« il a tué une femme, il a été punie »
ceci sera probablement mal compris je veux dire par là, qu’on est tous d’accord pour dire que la sanction est faible mais c’est la sanction décidée par la justice donc …

ah oui ça aussi ça va surement encore faire un buzz
http://www.sudouest.fr/2011/03/29/brigitte-fontaine-en-duo-avec-bertrand-cantat-356110-607.php

pendant ce temps d’autres femmes seront en train de crever sans que l’on parle d’elles.

Répondre
Estella 7 avril 2011 - 10:06

Pour le site « actualitté », toute honte bue on déclare sans sourciller: « (Cantat) un rockeur sensible aussi bien que torturé »

http://www.actualitte.com/actualite/25308-Bertrand-cantat-tragedie-sophocle-theatre.htm

Répondre
sylvain 7 avril 2011 - 12:55

Jean Louis Tringnignant vient de refuser de jouer au Festival d’Avignon.En dehors du problème moral que pose la venue de Bernard Cantat sur des scènes aussi préstigieuses qu’Avignon on peut se demander comment les organisateurs n’ont pas imaginé la reaction de Jean-louis Trintignant;ou alors tous ces intellectuels prefèrent la présence de Cantat à celle de Trintignant.Fort inquiétant!

Répondre
Françoise 7 avril 2011 - 13:17

comme pour tout criminel, Cantat a purgé sa peine, même si on peut penser qu’elle était légère au vu de la gravité du crime commis.
par ailleurs, on se bat contre la double peine (la prison + l’expulsion, la prison + l’exclusion sociale, professionelle, etc…), alors soyons cohérent : le métier de Cantat c’est le show biz, qui implique de la visibilité – on est toujours libre d’écouter, de regarder, ou de ne pas… mais il n’y a pas deux poids deux mesures selon le type de délits. Et s’il avait assassiné une femme inconnue, serait on aussi choquée ???

Répondre
Bert 7 avril 2011 - 13:58

Cantat a purgé sa peine. Il est musicien. Il reprend donc son boulot, après avoir purgé sa peine. Si cela ne lui est pas possible, alors les principes de la justice ne sont plus applicables. S’il n’est pas possible à une personne ayant purgé sa peine de se réinsérer, alors pourquoi ne pas condamner tout le monde à perpet incompressible? Quant aux commentaires sur les faits, vous n’en savez strictement rien, à part ce que les journaux en ont dit. Les faits ont été jugés, et si ces bases ne vous paraissent pas suffisantes, alors retour ç ce que je disais plus haut: la justice ne vous agréée que lorsque ce qu’elle décide correspond à vos attentes…
Par contre, effectivement, programmer Cantat dans un festival où joue aussi une personne proche de la victime n’est pas malin. Mais au Québec? Et ailleurs? Cantat doit avoir le droit de vivre de nouveau de son travail, sinon, la justice et ses décisions n’ont plus aucun sens.

Répondre
hcuny 7 avril 2011 - 14:20

Il y a une histoire d’image et de modèle dans tout cela. On ne peut à la fois incarner les aspirations de toute une génération, éprise de liberté, et en même temps en tant qu’homme se comporter comme un monstre. Provoquer la mort de quelqu’un n’est pas du même registre que se complaire dans des excentricités, comme nous ont habitués les personnalités du show-biz. Quand on s’appelle Bertrand Cantat, justement on porte une lourde responsabilité vis-à-vis du monde extérieur, et on ne peut pas se contenter de dire « il a purgé sa peine » donc tout est ok ! La responsabilité va au-delà.

Répondre
meg 7 avril 2011 - 15:04

Le choix de la pièce a aussi un gout amère. Cantat, choisi pour « le cycle des femmes » de Sophocle ca me donne des hauts le coeur. Le metteur en scène a manifestement bien calculer son coup et ce qui m’épate aussi c’est de ne voire aucune réaction sur ce cynisme de cette association Cantat-cycle de femmes !

Répondre
Lorraine Couture 7 avril 2011 - 15:29

À lire le blogue de Josée Blanchette
à Montréal, Québec.

http://blogues.chatelaine.com/blanchette/

Répondre
alexia 7 avril 2011 - 17:40

ET c’est JL Trintignant qui renonce à Avignon !… @Françoise, il n’est pas question de débattre sur la justice mais sur la décence. Et j’ose espérer que si un chanteur connu avait tué une inconnu, il y aurait eu des indignation le jour où le type serait revenu fanfaronner. Artiste n’est pas un métier comme un autre, il y a en effet une valeur d’exemplarité à ne pas négliger…

Répondre
bert 7 avril 2011 - 18:48

@ Hcuny

Cantat est responsable devant la justice, (et sa conscience, éventuellement), mais pas devant autre chose! Ni le « monde extérieur » (de quoi s’agit-il?), ni une « génération » (c’est la mienne, mais j’ai jamais été fan de Noir désir…). La responsabilité d’un artiste n’existe pas vis à vis de son public, c’est le public qui colle ses rêves et ses aspirations sur l’artiste!
Ton raisonnement impliquerait que le moindre mensonge d’un homme (ou d’une femme) politique entraînerait immédiatement la peine de mort…!

Répondre
Lirelle 7 avril 2011 - 21:20

j’ai entendu ce matin sur France Info que ‘le Devoir’ avait d’abord parlé de manière assez soft de Cantat ‘mêlé à une affaire de violence conjugale’ (ou un truc comme ça) mais que les lecteurs avaient en masse protesté contre ces termes et que du coup, le Devoir, avait rectifié par un article appelant un chat, un chat…
La France – médias et journalistes – est vraiment un pays pro machiste et cette affaire le révèle particulièrement.

Répondre
Stella 8 avril 2011 - 03:41

@meg
[@bert aussi]
[j’écris du québec]
meg: tout ceci est JUSTEMENT à cause de l’association entre Cantat et ces pièces là précisément que la situation soulève le refus.

Répondre
claude 8 avril 2011 - 07:48

La peine de mort n’est plus de mise en Lituanie ? Dommage… C’est kafkaien – le choix de Cantat pour cette piècèe est cynique, inviter Trintignant et Cantat indécent, et en plus laisser Trintignant s’incliner ! Quant au public : qui est assez immoral pour aller voir cela ! C’est le même type de public pour l’alcoolique sénile qui a le toupet de partir en Suisse et de venir chanter en France, un 14 juillet …

Répondre
raja 8 avril 2011 - 17:04

cantat n’ira pas à Avignon, on fait quoi maintenant on balance des pierre sur lui dans la rue, on brule son chien, j’ai une idée on pourrait le forcer à se tirer une balle dans la tête…il a tué une personne, il a fait de la prison.je partage à 100% l’avis de françoise…je remet son intervention pour qu’elle soit bien lu, beaucoup d’individus qui ont tués des gens se baladent à nos cotés dans la rue, doit on mettre un symbole au fer rouge sur leur front pour rappeler leur crime.la justice empêche la loi du talion et le lynchage public…je connais homme (sdf) qui a été brulé vif et bien ses meurtriers continuent à commercer dans la ville sans que ça choque personne.hypocrisie quand tu nous tiens.
« comme pour tout criminel, Cantat a purgé sa peine, même si on peut penser qu’elle était légère au vu de la gravité du crime commis.
par ailleurs, on se bat contre la double peine (la prison + l’expulsion, la prison + l’exclusion sociale, professionnelle, etc…), »

Répondre
Éric 8 avril 2011 - 17:29

Je suis québécois et montréalais. Effectivement l’affaire Cantat fait de gros remous chez nous. Le choix de produire Cantat sur une scène, va totalement à l’encontre des valeurs québécoises dont le respect des femmes. Ce qui choc, s’est qu’il a commis un crime, de plus contre une femme et pour jouer dans la pièce « Les femmes ». Désolé mais nous avons un gros malaise à applaudir le spectacle!!!

Répondre
HAUDEBOURG 10 avril 2011 - 08:41

en tant que militante féministe,en lutte contre les violences faites aux femmes, admiratrice de Marie TRINTIGNAN je veux dire à sa famille toute la tristesse que m’a causé cette affaire et ma révolte.
JL TRINTIGNAN ne vous laissez pas faire,
c’est CANTAT s’il vous respecte un tant soi peu qui doit renoncer à ce festival…
Je viens d »‘assister à des assises ou un citoyen a battu aussi sa compagne à mort, il n’était pas chanteur, il a pris15 ans dont 10 obligatoires… cela hélas ne nous ramène pas les victimes.

Cantat retrouve sa place parmi « les siens »,une place qui est publique et j’espère que le public s’abstiendra de leur porter des sous….
je suis d’accord avec heuny, une histoire d’image et de modèle… « il a purgé sa peine « … reste sa conscience.

Répondre
Minelle 10 avril 2011 - 19:52

Je partage l’opinion de meg. C’est d’ailleurs ce que disent des Québécois. On y voit du cynisme dans le choix de la pièce et on assiste au Québec à un discours sur le pardon et la réhabilitation tout en jurant qu’il ne s’agit que d’un choix artistique.
http://sisyphe.org/spip.php?article3832

Répondre
Djib 14 avril 2011 - 15:59

C’est purement indécent et répugnant d’avoir osé inviter ce Cantat en même temps que Monsieur Jean-louis Trintignant … Décidément certains sont prêts à tout pour gagner du fric !!! Quelle honte !!! Un peu de respect pour la malheureuse victime et pour une famille à jamais anéantie. Merci au Canada pour introduire un peu de morale dans notre société !

Répondre
Fernand 17 avril 2011 - 22:10

Je serais curieux de savoir si le parcours judiciaire de tous les musiciens tournant au Canada est examiné avec le même zêle – car au bout du compte, Cantat ne fait qu’accompagner musicalement une pièce de théâtre.

O politiquement correct 😡

Répondre
C. 3 mai 2011 - 08:20

J’ai l’impression qu’on confond souvent deux choses distinctes dans l’affaire Cantat. Certes, il ne doit pas subir une double peine, il a purgé une peine de prison, aussi symbolique puisse-t-elle sembler, pour le meurtre qu’il a commis et donc ne doit pas être réduit au silence car pratiquer son art est sa manière de gagner sa vie. C’est une chose et personne n’empêche Cantat de composer ou de jouer, d’ailleurs Mouawad l’a embauché pour ça, il n’est donc pas censuré. Mais l’autre chose, c’est est-ce que le public a envie d’entendre Cantat chanter ou jouer ? Il se retrouve confronté à un public comme tout autre artiste et si ce public ne veut plus entendre parler de lui, ce n’est pas la double peine, c’est la loi du show-biz et je ne pense pas qu’on puisse reprocher aux gens leur liberté de choisir ce qu’ils aiment ou la culture qu’ils ont envie d’apprécier et de soutenir.
Personnellement, ça ne me gênerait pas qu’il se produise dans un spectacle/festival (sans rapport avec la condition féminine et loin des membres de la famille Trintignant si possible), mais je n’irai pas l’écouter.

Répondre
coutenot sandrine 11 septembre 2011 - 12:15

Je suis d’accord avec Bert. Cantat ne nous doit rien. Tout ce qu’il devait, il le devait à la Justice. Cantat est un citoyen qui a le droit de travailler comme tout le monde. Libre à chacun de nous d’aller le voir de l’applaudir.

Répondre
DUCON 18 mai 2012 - 18:41

cantat est une grosse merder bien pourrie et puante, il faut tirer la chasse! et sur les merdes qui le défendent aussi…

Répondre

Laisser un commentaire