Accueil CultureCinéma Cendrillon garçon

Cendrillon garçon

par Isabelle Germain

Jacky256Dans la « république » de Bubune, les femmes dirigent tout pendant que les hommes au foyer préparent la bouillie sous leur « voilerie ». Jacky au royaume des filles raconte le triomphe d’un Cendrillon-garçon dans une comédie potache et inégale. La critique ciné du mardi de Valérie Ganne.


 

Jacky a beau être le plus joli garçon du village, c’est pas demain la veille qu’il va pouvoir aller au bal essayer de se faire épouser par la colonelle. C’est la dernière idée de Ryad Sattouf, auteur de BD devenu cinéaste -le succès des Beaux gosses en 2009 c’était lui- sans pour autant abandonner les crayons.

Son acteur fétiche, Vincent Lacoste, post-ado qui a depuis décroché son bac dans la vraie vie, devient le Cendrillon d’un conte politiquement incorrect. Assez culotté pour ne pas refaire ce qui lui a valu un César du meilleur premier film et le succès public (des ados turbulents à la sexualité turgescente), le réalisateur joue à inventer un monde incongru et inquiétant : non seulement la dictature féminine est féroce, mais le peuple a pour religion le culte de poneys nains.

Le cinéaste dit s’être inspiré de son enfance en Syrie où il a grandi au milieu de femmes voilées et n’a jamais compris pourquoi Cendrillon n’envoyait pas tout péter. Mais son deuxième film n’est pas vraiment féministe tant le trait est caricatural. Voguant du meilleur au pire, cette comédie potache au rythme inégal a pour principale qualité son originalité : des décors (mélange de modernité et de tradition, d’architecture de l’Est et du Moyen-Orient, avec une scène de bal quasi onirique) aux costumes (voileries pour les hommes avec une laisse au cou, militaires pour les femmes) en passant par un vocabulaire qui a déjà ses répliques cultes.

PS : Deux bons premiers films sortent aussi cette semaine (comprenez : à vite aller voir avant qu’ils ne sortent des salles) : Tonnerre de Guillaume Brac, ou comment un rockeur fatigué revenu chez son père tombe pour une jeunette. Le premier film tourné dans la ville de Tonnerre, dans l’Yonne. Si vous préférez New York, Turin et Dakar, Des étoiles de Dyana Gaye est un parcours choral entre ces trois villes, à la suite de trois belles personnes émigrant ou retournant au pays natal.

 On peut y ajouter le plaisir du casting mélangeant stars d’hier et d’aujourd’hui (Charlotte Gainsbourg en Prince(sse), Anémone en Générale subclaquante, Didier Bourdon en marâtre bouffie) aux côtés de Valérie Bonneton sadique, Noémie Lvovsky oursonne bourrue ou encore Michel Hazanavicius (le réalisateur de The Artist) seul homme à poil(s) du film.

Et si l’on cherche un quelconque message à cet Ovni, ce n’est pas la dénonciation de la violence faite aux femmes par les hommes, mais celle faite aux êtres humains par la société.

 

Jacky au royaume des filles de Riad Sattouf avec Vincent Lacoste, Charlotte Gainsbourg, produit par les Films des Tournelles, distribué par Pathé, en salles le 29 janvier 2014

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Jeanne 30 janvier 2014 - 22:46

L’Ecole des Loisirs avait, en 1997 (18 ans déjà) traduit et édité en France un opus de l’incontournable Anne Fine (Mrs Doudtfire entre autres sans parler du « journal d’un chat assassin » que tout humain vivant chez un chat se doit de posséder) : « La nouvelle robe de Bill »…

http://www.decitre.fr/livres/la-nouvelle-robe-de-bill-9782211043311.html

Répondre

Laisser un commentaire