Accueil MédiasBruits et chuchotements Ces hommes qui veulent refaire Notre-Dame

Ces hommes qui veulent refaire Notre-Dame

par Isabelle Germain

Derrière l’émotion suscitée par l’incendie dramatique de Notre-Dame de Paris, le traitement médiatique de l’événement fait apparaître des bâtisseurs et des pleureuses.

© FredPixlab

Heureusement que l’édile de Paris est une femme ! Anne Hidalgo est à peu près la seule femme de pouvoir à s’exprimer dans les médias à propos de l’incendie qui a ravagé le monument le plus visité d’Europe . Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France apparaît aussi parfois. Mais les deux élues sont noyées au milieu de tous ces hommes importants, ces bâtisseurs qui veulent relever le défi de la reconstruction du monument que le monde entier nous envie. S’il n’y avait pas eu les lois sur la parité en politique, 100 % des responsables politiques, des bâtisseurs, des experts, des riches mécènes vus et entendus dans les médias auraient été des hommes.

Dans le Figaro ce mercredi 17 avril, au surlendemain de la catastrophe, 12 personnalités s’expriment sur quatre pages d’hommages à Notre-Dame de Paris… 12 hommes. Le Figaro ne peut même pas expliquer ce choix éditorial par la difficulté de trouver des femmes dans un milieu où il n’y en aurait pas. Le quotidien a ouvert ses colonnes à des écrivains, des hommes politiques, des religieux, des gardiens du patrimoine qui s’expriment librement.

Cet article a choqué deux femmes engagées en faveur de la mixité à tous les niveaux. Elles se sont exprimées sur twitter et beaucoup de commentaires montrent qu’elles n’ont pas été comprises.

https://twitter.com/laurenbastide/status/1118496695283789825

Le Figaro n’est pas le seul à ouvrir ses colonnes en priorité aux hommes. Ce mercredi matin sur France inter aussi, Jean-Michel Willmotte, architecte, et Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture, échangeaient sur la meilleure façon de reconstruire. Ailleurs, Philippe Bréval, président du Centre des monuments nationaux, expose son savoir. Tout comme les enquêteurs qui recherchent l’origine de l’incendie.

Et soudain, une sorte de concours entre industriels s’est embrasé pour envoyer des dons pour reconstruire la cathédrale. François-Henri Pinault, le patron du groupe Kering a dégainé le premier en annonçant qu’il allait faire un don de 100 millions d’euros. Illico, Bernard Arnault, patron du groupe LVMH s’est engagé, lui, sur 200 millions d’euros. Les deux groupes qui ont bâti des empires du luxe ont passé une bonne partie de leur vie à s’étriper pour acquérir les plus grandes maisons. Puis d’autres leur ont emboîté le pas. La famille Bettencourt qui détient l’Oréal, les groupe Total, Bouygues, Decaux, Marc Ladreit de la Charrière… Et, face à la polémique sur les déductions fiscales permises par ces dons, la famille Pinault a annoncé qu’elle entendait y renoncer indiquant qu’elle « considère en effet qu’il n’est pas question d’en faire porter la charge aux contribuables français. ». De la richesse et du panache donc !

Outre ces riches messieurs, ce sont aussi des architectes et techniciens de haute volée qui s’expriment et n’ont pas fini de s’exprimer dans les journaux pour proposer les plans de reconstruction les plus prestigieux.

Bien sûr, les femmes ne sont pas absentes des médias. Mais elles ne sont pas des bâtisseuses de cathédrales. Celles qui ont suivi en direct la catastrophe sont justes des témoins anonymes. Elles n’ont pas de nom, juste un prénom. Elles pleurent, se recueillent
prient ou même chantent aux abords de la cathédrale. 20 minutes cite par exemple une lycéenne qui assistait à la messe pendant l’incendie et a eu peur. Le Figaro évoque cette touriste qui a porté un bouquet de fleurs ou cette autre avec ses enfants qui ne pourront jamais visiter Notre-Dame. Les télévisions s’attardent sur les larmes des femmes…

Au final, le public aura vu, dans le miroir déformant des médias, des hommes bâtisseurs et des femmes qui pleurent. Un traitement médiatique qui reflète à la fois l’état de la répartition des pouvoirs entre femmes et hommes et les biais du traitement journalistique.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

CANDIDATS AU COMBAT, CANDIDATES AU TRAVAIL

CONCOURS DE RICHES : BOYS-CLUB ET PRODIGE DE LA TÉLÉ-RÉALITÉ

LÉA SALAMÉ : L’ÉCLIPSE QUI CONFIRME LA PERMANENCE DU SEXISME

FEMMES À L’ANTENNE ? LES ONDES DE LA PARITÉ NE SE PROPAGENT PAS

FÉMINICIDE : DE FAITS DIVERS À SUJET POLITIQUE

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire