Accueil International Clinton/Bachelet : lever les barrières pour les femmes en Amérique latine

Clinton/Bachelet : lever les barrières pour les femmes en Amérique latine

par La rédaction
Poder

Hilary Clinton, Ollanta Humala et Michelle Bachelet à Lima le 16 octobre. © Press Office of the President of Peru / UN Women sur Flickr

Michelle Bachelet et Hillary Clinton ont plaidé côte à côte, au Pérou, pour un rôle accru des femmes dans la vie économique sur le continent sud-américain.


 

Deux femmes de pouvoir pour parler d’une même voix. La ministre US des Affaires étrangères et la directrice générale d’ONU femmes ont souligné, mardi 16 octobre à Lima, la nécessité morale autant que la logique économique de l’égalité entre les femmes et les hommes. Hillary Clinton et Michelle Bachelet participaient, aux côtés du président péruvien Ollanta Humala, à une conférence consacrée aux « Femmes comme moteurs de croissance et de développement ».

Sortir de la pauvreté

Les premiers constats sont optimistes : le continent sud-américain a vu la participation des femmes sur le marché du travail croître de 15% au cours de la dernière décennie. Sans cette évolution, le taux de pauvreté sur le continent serait 30% plus élevé, a souligné Michelle Bachelet, s’appuyant sur une estimation de la Banque Mondiale.

Ancienne… et future présidente ?

Aux commandes du Chili de 2006 à 2010, Michelle Bachelet est la grande favorite du prochain scrutin présidentiel, dans un an. Même si elle reste muette sur une éventuelle candidature.Hillary Clinton a évoqué l’exemple de Luzmila Huarancca. Il y a 10 ans cette Indienne du Pérou, sans éducation, a mis sur pied avec son mari, et une aide des gouvernements états-unien et péruvien, une entreprise artisanale de textile. Elle a depuis conquis des marchés internationaux et fait travailler pas moins de 800 femmes dans les communautés indigènes.

Politiques sociales

Mais de nombreuses barrières subsistent pour les femmes du continent ; de l’accès à l’éducation (au Pérou, sur quatre analphabètes, trois sont des femmes, a souligné le président Humala) jusqu’à la difficulté de trouver des financements auprès des banques.

« Si nous voulons faire de réels progrès pour l’autonomie économique des femmes, nous devons d’abord repenser les réseaux d’aide sociale », souligne par ailleurs Michelle Bachelet. Et cela ne s’applique pas qu’aux pays en développement, ajoute Hilary Clinton. « Dans mon propre pays, faciliter l’accès des femmes au marché du travail, par exemple en fournissant des services de garde d’enfants, pourrait accroître le PIB de 9% », assure la ministre des Affaires étrangères US.

Violences

Pour Michelle Bachelet, « un changement structurel est nécessaire pour réduire les inégalités, en portant une attention particulière aux femmes ». La directrice d’ONU Femmes insiste sur un point, particulièrement crucial, en Amérique latine : l’égalité passe par « l’éradication immédiate » de la violence à l’égard des femmes. Quatre Péruviennes sur dix subissent des violences physiques de la part de leur mari.

Hillary Clinton a salué la création récente, par le gouvernement péruvien, d’un ministère du Développement et de l’inclusion sociale. Il s’attachera tout particulièrement à permettre aux femmes une meilleure participation dans la vie économique et politique, a assuré Ollanta Humala, reconnaissant que le Pérou a « une dette envers les femmes ».

 

Lire (en anglais) :

Le discours de Michelle Bachelet

Le discours d’Hillary Clinton

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire