Accueil DiversNouvelles brèves Le CNRS distingue une femme… la troisième en 60 ans

Le CNRS distingue une femme… la troisième en 60 ans

par Arnaud Bihel

Les travaux de recherche de cette franco-britannique « ont permis des avancées majeures dans le domaine de la myogenèse (formation des muscles), de la cardiogenèse (formation du cœur) et sur les cellules souches chez l’embryon et l’adulte. Outre leur apport aux connaissances fondamentales, ses découvertes auront un impact majeur notamment sur les thérapies utilisées pour la régénération musculaire et la compréhension des malformations congénitales cardiaques chez l’homme », précise le CNRS, selon lequel sa médaille d’or est « la plus prestigieuse récompense scientifique française » (même si elle a été décernée en 1994 à Claude Allègre).

Le CNRS ne le relève pas, mais Margaret Buckingham n’est que la troisième femme, en six décennies, à se voir décerner cette distinction, après l’égyptologue Christiane Desroches-Noblecourt, en 1975 et la biologiste Nicole Le Douarin, en 1986.

Lire aussi :

Prix Poincaré : première féminine

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire