Accueil MédiasBruits et chuchotements Cognée pour un hamburger : et si la pub sexiste était sanctionnée ?

Cognée pour un hamburger : et si la pub sexiste était sanctionnée ?

par Isabelle Germain

Cette pub vue sur Facebook a été retirée mais elle a permis à la marque de développer sa notoriété en instrumentalisant les violences faites aux femmes.

Tabassée pour un mauvais hamburger : une marque fait le buzz. Notre suggestion : une amende équivalant au montant de l’achat d’espace économisé grâce au buzz.

Pour promouvoir son hamburger en Belgique une société néerlandaise n’a rien trouvé de mieux que de réaliser une affiche sous forme de bande dessinée montrant un homme donnant un violent coup de poing à une femme blonde avec un généreux décolleté. La marque justifie cette violence ainsi : elle ne lui a pas acheté le bon hamburger.

Tollé sur les réseaux sociaux. Le fabricant de hamburgers fait le buzz. Un mauvais buzz, mais un buzz quand même. C’est un classique dans la pub : instrumentaliser la cause des femmes pour augmenter sa notoriété. Deux ingrédients sont particulièrement importants pour vendre une marque : sa notoriété et son image. La notoriété coûte cher car il faut acheter de l’espace dans les médias. Mais avec un gros buzz, même mauvais, cette notoriété grimpe en flèche à peu de frais. Pour ce qui est de l’image… Pas grave, une image en chasse une autre. Si elle est habile, la marque peut même en sortir grandie. Retrait de la pub, acte de contrition main sur le cœur et on passe à autre chose.

Le patron des hamburgers joue à merveille la partition. Et dans Het Nieuwsblad il déclare: « Notre but n’est pas de faire la promotion de la violence à l’égard des femmes ou de qui que ce soit. Nous voulons, à l’intérieur du contexte de la marque, du groupe cible et du média choisi, dire qu’acheter de faux Bicky, c’est mal. » Et hop,  il envoie son message commercial depuis un grand média. Facile. Il a instrumentalisé une cause qui représente environ un quart des « bad buzz » sur les réseaux sociaux. Sa marque a été au top des mots-dièse les plus partagés sur Twitter, elle est citée dans tous les médias, des ministres en ont parlé, lui-même est interviewé. Il n’a plus qu’à jouer les redresseurs d’image. Il va s’enrichir.

Ce ne sera pas le cas des personnes qui luttent contre les violences faites aux femmes. Elles sont encore tiraillées entre deux maux : dénoncer et faire du bien à cette marque ou se taire et laisser cette violence se banaliser.

Le jury d’éthique publicitaire belge a reçu des centaines de courriers et annonce vouloir prendre des sanctions. Sanctions qui seraient d’autant plus méritées que la marque est une habituée des publicités sexistes. RTL.be les a recensées – voir ci-dessous (attention c’est écœurant).

Alors nous faisons une suggestion : et si l’amende infligée représentait un montant équivalent aux dépenses d’achat d’espace publicitaire qu’aurait dû faire la marque pour obtenir le bruit médiatique qu’elle a obtenu avec l’instrumentalisation de la cause des femmes ? Et si le montant de cette amende était versé aux associations luttant contre la violence sexiste ?

D’anciens visuels de la marque qui n’en est pas à son coup d’essai

Lire aussi dans Les Nouvelles News

Quelques articles sur le sexisme dans la publicité

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

4 commentaires

martine koudinoff 11 octobre 2019 - 16:40

On voit tout de suite à quel type d’homme s’adresse ces pubs dégueulasses : aux gros dégueulasses !
Et ceux qui pondent des trucs pareils en sont certainement. Faire payer les gros dégueulasses pourrait calmer leurs ardeurs commerciales sexistes à défaut de changer leurs valeurs…au moins on ne serait pas confrontés à des horreurs pareilles

Répondre
Isabelle Germain 11 octobre 2019 - 17:26

exactement !

Répondre
Souvestre 22 octobre 2019 - 08:32

Affligeant

Répondre
CORAND 3 novembre 2019 - 19:29

Rayon boustifaille 2,
j’ai des hauts le coeur chaque fois que je passe à la caisse du supermarché (j’y vais peu, mais bon…) qui propose au retardataires de l’apéro un « prézentoir » spécial pâté de dernière minute, le très médiatizé Pâté de Cochonne rose girly et little piggy en maillot de bain toute gaite qu’on la regarde….
Samedi, là où je fais mes courses bio tranquilles au marché des Lices à Rennes, là où j’achète mon pain hebdomadaire bien tranquille et ben là, sur le stand du môssieur qui vend des saucissons de tous calibres tous parfums, tous rustiques et tout et tout, ben samedi, il y avait un prézentoir avec du Pâté de Cochonne….
J’espère qu’on aura bientôt du Pâté de Gros Porc ou de la Rillette de Jeunes Couilles histoire qu’on s’amusent toutes et tous à l’heure de l’apéro.
C’est sacré l’apéro, ça mérite tous les sacrifices!

Au fait, comment sait-on que ces petites boites contiennent de la truie et non du cochon? Juridiquement, ça pourrait peut-être être un motif de publicité mensongère?
Ben non, on dit rien, on supporte… je suis sûre que certain(e)s trouvent ça mignon. On saura quoi offrir pour « la journée de la femme ».

Comme dit l’autre, on n’est pas rendues ma brave dame.

Répondre

Laisser un commentaire