Accueil Sans catégorie Quand un commissariat parisien refuse l’allaitement

Quand un commissariat parisien refuse l’allaitement

par La rédaction
Détail d'un tableau de Lucas Cranach dans l'église de Larvik, Norvège [CC BY-SA 3.0 ], via Wikimedia Commons

Détail d’un tableau de Lucas Cranach dans l’église de Larvik, Norvège [CC BY-SA 3.0 ], via Wikimedia Commons

Un couple a été chassé d’un commissariat pour avoir voulu allaiter un bébé de deux mois. Dans une pétition, il dénonce une « forme de misogynie ». Aucune disposition en France ne prohibe l’allaitement en public.


 

« Une femme ne devrait jamais avoir à choisir entre citoyenneté et maternité ». Un couple parisien dénonce l’hostilité du personnel d’un commissariat alors que la mère voulait y allaiter son bébé de 2 mois. Le couple raconte s’être rendu le 10 avril dans le commissariat du 2ème arrondissement afin d’établir une procuration de vote pour la présidentielle, mais s’est heurté au refus, et même à « l’intimidation », d’agents de police sur place : « Il est hors de question que vous allaitiez en public ! ».

« Je tiens à faire savoir à ce commissariat ainsi qu’à tous les autres que l’allaitement d’un enfant ne peut être refusé ou reproché à une femme », dénonce la mère dans une pétition signée par 10 000 personnes en trois jours. Elle « demande au ministère de l’intérieur et plus particulièrement au commissaire du 2ème arrondissement de dénoncer cette forme de misogynie ainsi que de soutenir publiquement l’allaitement au sein des commissariats et des lieux publics en général. »

La pétition a notamment reçu le soutien de l’ancienne ministre Cécile Duflot.

 

La mairie du 2ème arrondissement a déclaré à FranceInfo avoir « envoyé un courrier à la commissaire pour faire le clair sur ce qu’il s’est passé ». La préfecture de police, en revanche, n’a pas souhaité faire de commentaire [Mise à jour : la préfecture, finalement, justifie cette décision pour des raisons d’hygiène – tandis que la commissaire du commissariat concerné a présenté des excuses au couple].

« Aucune disposition générale et nationale ne prohibe l’allaitement dit ‘en public’ (…) Cependant, des mères font parfois l’objet de remarques ou injonctions lorsqu’elles allaitent dans des lieux publics », rappelle la Leche League, association pro-allaitement. Ces injonctions sexistes au mépris de loi ont également cours par exemple au Royaume-Uni.

Voir : Cachez cet allaitement…

Des femmes se sont aussi battues pendant des mois pour que Facebook, en 2014, finisse par modifier sa politique de modération des images de seins nus, et autorise les images d’allaitement.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

anne_conan@yahoo.fr 18 avril 2017 - 11:32

La Leche League n’est pas la seule association à défendre l’allaitement maternel, mais c’est la plus connue.
Savez-vous que cette association a été fondée aux Etats-Unis par des mères proches des courants chrétiens conservateurs ?
Elle présente l »allaitement maternel comme Bien et l’allaitement industriel comme Mal. Cette association n’encourage pas les femmes à travailler, car elles doivent être totalement disponibles pour leur enfant.
Les maternités et hôpitaux « Amis des bébés » diffusent cette pensée. Méfiance, donc.

Il faudrait surtout présenter en toute impartialité l’ensemble des choix possibles aux femmes qui prendront alors la décision qui leur convient le mieux, à elles.
Que les maternités et nombre de médecins cessent de nous considérer comme des mineures…

Référence : Loi et le genre (Le): Études critiques de droit français
Par Stephanie (dir) Hennette-vauchez, Marc (dir) Pichard, Diane Roman

Répondre

Laisser un commentaire