Accueil Eco & Social Conciliation vie pro/vie perso : inégaux face aux reproches

Conciliation vie pro/vie perso : inégaux face aux reproches

par La rédaction

La pression exercée sur les femmes pour assumer la gestion de la vie privée est forte montre une étude de la Dares.

« Vos proches se plaignent-ils que vos horaires vous rendent trop peu disponibles pour eux ? » la réponse varie en fonction du sexe de la personne interrogée. Dans le cadre de son enquête Conditions de travail et risques psycho-sociaux, la direction de la recherche du ministère du travail (Dares) a posé la question et vient de publier une nouvelle étude décortiquant les réponses de 19.900 salariés du privé et du public interrogés en 2016.

13 % des femmes et 14 % des hommes salariés déclarent recevoir des reproches de leur entourage, en raison de leur manque de disponibilité lié aux horaires de travail.  Mais la probabilité de rapporter des reproches de l’entourage est environ 20 % plus élevée pour les femmes que pour les hommes « toutes choses égales par ailleurs » c’est-à-dire à conditions de travail identiques (horaires, rythme, intensité, autonomie,…) Si, bien sûr, les célibataires et couples ayant des enfants majeurs se plaignent peu de recevoir des reproches (entre 10 % et 13 %), ce n’est pas le cas des personnes vivant en couple avec de plus jeunes enfants qui cochent les cases « toujours » ou « souvent » et entendent de façon répétée « Tu n’es jamais là » « Tu rentres tard » ou « Tu travailles trop ».

Le phénomène touche davantage les cadres : 18 % des cadres hommes et 17 % des cadres femmes rapportent des reproches de la part de leur entourage, contre 13 % des ouvriers et des ouvrières. Mais à conditions de travail et contraintes psychosociales équivalentes, ce sont les employées de commerce et les ouvrières qui ont la probabilité la plus importante de déclarer des reproches de leur entourage.

Pour les cadres, l’écart entre les reproches adressés aux femmes et aux hommes semble moins marqué. « Différents facteurs peuvent l’expliquer, avance la Dares : « les femmes cadres ont des ressources financières plus importantes qui leur permettent de financer la prise en charge de certaines tâches domestiques et familiales, par exemple la garde des enfants, l’utilisation de pressings, etc. En outre, les différences entre les rôles féminins et masculins seraient plus marquées dans les classes populaires que dans les classes moyennes ou supérieures. »

L’étude voit dans le temps partiel un « rôle protecteur » (de reproches). 9 % des salariés travaillant à temps partiel contre 14 % des salariés à temps plein sont la cible de reproches. « Travailler à temps partiel semble ainsi faciliter la conciliation, notamment pour les femmes, qui disent par ailleurs plus souvent que les hommes avoir choisi de travailler à temps partiel pour s’occuper des enfants. À la question ‘pour quelle raison principale travaillez-vous à temps partiel ?’, 23 % des femmes à temps partiel et ayant au moins un enfant de moins de 18 ans à charge répondent ‘pour s’occuper de leurs enfants’, contre moins d’1 % pour les hommes » précise la Dares.

Tous les articles Eco/social

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire