Accueil DiversNouvelles brèves Condamnés pour avoir parlé de viol : mobilisation pour une femme et un journaliste somaliens

Condamnés pour avoir parlé de viol : mobilisation pour une femme et un journaliste somaliens

par La rédaction

Tous deux ont été condamnés à un an de prison pour insulte aux institutions de l’Etat. Elle pour avoir dénoncé un viol commis par des soldats, lui pour l’avoir interviewée.


Nous en parlions le 30 janvier : les autorités somaliennes poursuivaient en justice une femme se disant victime de viol par des membres des forces de sécurité, ainsi qu’un journaliste l’ayant interviewée (Lire : En Somalie, parler de viol mène en prison)

Depuis, il ont tous deux été condamnés à un an de prison, rapportait Amnesty International le 19 février. Le journaliste Abdiaziz Abdnur Ibrahim pour « fausses informations » et « insulte aux institutions de l’Etat », la femme pour fausse accusation de viol portant atteinte à la sécurité de l’Etat. Le procès s’est tenu dans des conditions inéquitables, dénonce Amnesty International qui a lancé une campagne (ici en anglais) pour appeler les autorités somaliennes à abandonner les charges et libérer les deux condamnés.

La journaliste Leila Ali, qui avait la première écrit, pour Al Jazeera, un article sur une jeune femme victime d’un viol collectif perpétré par les soldats gouvernementaux en Somalie a pour sa part lancé une pétition sur Avaaz.org. Elle a déjà recueilli en une journée près de 300 000 signatures.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

Mas Emile 25 février 2013 - 10:13

Il est plus que temps d’exiger que dans toutes les écoles du monde, les jeunes apprennent les principes essentiels de la Déclaration de l’Etre humain et des citoyens » . De même, que l’on apprenne à tous les jeunes la vie, les écrits des plus grands BATISSEURS de PAIX non-violents , tels que Gandhi, M L King, Vandan Shiva, Wangari Maathai, etc et tous les principes de RESPECT de chaque être vivant, de la résolution des conflits par la non-violence que dans chaque établissement scolaire, soient instaurés la coopération, le parrainnage des plus jeunes par les plus anciens, etc, etc
plus d’infos chez http://www.pari47.com, rubrique « EDUCATION », puis rubrique » LES ALIS de WANGARI MAATHAI et des BATISSEURS de PAIX NON VIOLENTS »
Bien cordialement
Emile Mas

Répondre

Laisser un commentaire