Accueil Politique & SociétéFamilles Un congé paternité « digne de ce nom », chiche ?

Un congé paternité « digne de ce nom », chiche ?

par Arnaud Bihel

Une pétition relance le débat  pour un congé paternité obligatoire et plus long, vecteur d’égalité entre les femmes et les hommes, dans la sphère familiale et professionnelle.


La pétition « pour un congé paternité digne de ce nom » prend de l’ampleur. Jeudi 2 novembre au matin, près de 15 000 personnes avaient signé la pétition lancée par le magazine Causette, et portée par une quarantaine de personnalités masculines, pour réclamer que les 11 jours de congé paternité, aujourd’hui optionnels (et pris à 68%), soient obligatoires. Et pour qu’à terme il soit allongé à six semaines, indemnisé comme le congé maternité.

La pétition souligne qu’un rééquilibrage avec le congé maternité (en France, huit semaines obligatoires, dont six après la naissance) enverrait « un signal fort pour l’égalité femmes-hommes et pour le bien-être de la société dans son ensemble ». Notamment parce qu’entrer « réellement dans la paternité précocement et prendre en charge les soins très tôt permettrait de rééquilibrer le partage des tâches et de lutter contre la charge mentale des femmes ». Conséquence directe également dans la sphère professionnelle, puisque « cela permettrait également de limiter l’impact de la maternité sur la carrière des femmes ». Une précédente pétition lancée en mai dernier, lors de la vague médiatique sur la « charge mentale », a recueilli près de 60 000 signatures.

L’économiste Hélène Périvier plaidait déjà en début d’année pour un congé paternité plus long et obligatoire. « D’un ‘risque maternité’ qui pèse sur toutes les femmes actives, on passerait à un ‘risque parentalité’ qui pèserait sur les parents, mais qui aurait le mérite de ne plus être sexué », expliquait-elle.

Voir : Contre le “risque maternité”, un congé paternité obligatoire et plus long ?

Ce jeudi 2 novembre, sur CNews, la députée LaREM Aurore Bergé a laissé entendre qu’elle y était favorable.

 

Reste à convaincre l’exécutif. En présentant sa feuille de route fin septembre, Marlène Schiappa avait indiqué que l’allongement du congé paternité n’était pas à l’ordre du jour du gouvernement… mais que la question pourrait être envisagée en cas de « demande forte » constatée dans le cadre du « Tour de France de l’égalité » lancé par son secrétariat d’État.

Interrogé par Causette en février, durant la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait proposé d’allonger de 11 à 20 jours la durée du congé paternité. Mais il n’avait finalement pas repris cette proposition dans son programme. Il avait aussi signé le Pacte du Laboratoire de l’Égalité, qui appelle entre autres à l’instauration d’un congé paternité de quatre semaines.

En février dernier – sous la précédente législature – les député.e.s ont adopté en première lecture une proposition de loi portant sa durée à quatre semaines. Mais le texte a peu de chance de poursuivre son parcours législatif. Le gouvernement avait alors grincé des dents, évoquant un coût de plusieurs centaines de millions d’euros par an.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

State of the World’s Fathers” : égalité, paternité

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

tournin 2 novembre 2017 - 16:14

il faudrait surtout pouvoir vérifier qu’effectivement ces messieurs vont prêter mains fortes aux femmes ! Si c’est comme les alloc… moins de 10% des primes de rentrée sert à l’achat de fournitures pour les enfants !

Obligeons les futurs pères à suivre un stage pour apprendre à langer, s’adapter aux rythmes de données de biberons, donner le bain…

Obligeons aussi les males à se faire émasculer, mettres préservtifs, pillules pour les dames… quand ces abrutis ont déjà plus de 2 gamins à l’ADASS ou déficients mentaux.

Les commentaires sont fermés