Cumul de mandats, sport masculin

par Isabelle Germain

Le « classement des cumulards » de L’Express fait apparaître très peu de femmes.


 

Le magazine L’Express a passé au peigne fin le parcours de « 1 573 élus français qui détiennent 1 897 mandats politiques et occupent des milliers de fonctions ». Ministres, parlementaires, acteurs importants de collectivités locales… L’hebdomadaire présente ainsi « le premier classement des « cumulards » ».

Où il apparaît que les 25 premiers sont tous des hommes, trois femmes figurent parmi les 25 suivants, une seule dans la tranche allant de la 50ème à la 75ème position… 8 députés et sénateurs sur 10 détiennent aussi un autre mandat. Et L‘Express de rappeler que les cumulards sont les parlementaires les moins assidus. Ils ne s’intéresseraient au travail législatif que lorsque celui-ci a un lien avec leurs autres fonctions.

Et bien sûr, en cumulant, ils ne permettent pas à de nouvelles personnalités de prendre pied dans la vie politique. Et en particulier les femmes… Certains les utilisent comme figurantes pour occuper des postes que la loi ne leur permet plus de cumuler. L’Express cite l’exemple de Chritian Bourquin, qui a dû renoncer à la présidence du Conseil Général des Pyrénées-Orientales lorsqu’il est devenu président de la région Languedoc-Roussillon mais a placé, pour lui succéder, « une femme suffisamment effacée pour qu’il puisse continuer, en sous-main, de diriger l’institution ».

Il y a quelques mois, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE/fh) le rappelait : le non-cumul des mandats doit faciliter la parité.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS :

Le HCE veut renforcer la limitation du cumul des mandats

Le non-cumul des mandats passe un premier cap

Le non-cumul des mandats, « l’ouverture d’une nouvelle ère » pour la parité

Les cumulards de l’impossible

Au PS, deux tiers de cumulards, une moitié de cumulardes

 

Partager cet article

Laisser un commentaire