Accueil MédiasNumérique Cyber-harcèlement : les agresseurs de Nadia Daam condamnés

Cyber-harcèlement : les agresseurs de Nadia Daam condamnés

par La rédaction

Nadia Daam sur Europe 1

Six mois de prison avec sursis et 2000 euros de dommages et intérêts : c’est la condamnation de deux des cyber-harceleurs qui avaient menacé de mort et de viol la journaliste. Une première.

En novembre dernier, la radio Europe 1 a annoncé qu’elle déposait plainte pour « menace de crime contre les personnes. » Sa chroniqueuse Nadia Daam avait été la cible de menaces répétées de mort et de viol après avoir dénoncé les « trolls antiféministes » du tristement célèbre forum Blabla 18-25 du site Jeuxvidéo.com du groupe Webedia. (voir Cyber-harcèlement : quand la haine anti-féministe déborde)

Ce mardi, le procès avait lieu au tribunal correctionnel de Paris et les cyberharceleurs ont été condamnés à six mois de prison avec sursis et 2000 euros d’amende. Et c’est une première.

Pouvoir faire un procès était déjà, aux yeux de la chroniqueuse, une victoire face à ces auteurs de « raids numériques » à l’abri derrière leurs pseudonymes. Il a donc bien été possible de trouver les auteurs de ces menaces écrites en ligne, contre Dadia Daam et contre sa fille.

Le récit des faits au procès fait froid dans le dos. Les prévenus sont des auteurs de tentatives de piratage, de nombreuses insultes, ils sont inscrits sur des sites pédophiles. Ils ont utilisé des photos de la fille de la plaignante et réalisé un photomontage représentant la plaignante en t-shirt orange, avec un homme en noir, drapeau de Daesh en main.

A la barre, les prévenus ont plus ou moins mollement reconnu leurs torts et exprimé de la honte. Mais manifestement, les trolls du site incriminé n’ont pas tous compris la gravité des faits si l’on en croit leurs réactions pendant que des journalistes suivaient leur procès. Le journaliste Nicolas Carvalho les a compilées ici :

Pas facile de lutter contre le cyber-harcèlement. Sophie Gourion s’y était heurtée en appelant les marques à boycotter le groupe Webedia (voir : Pas d’argent pour le harcèlement, le boycott s’organise)

Mais cette fois-ci, faute de comprendre les règles de socialisation des « réseaux sociaux » les trolls pourront peut-être comprendre la peur du gendarme et devront réfléchir à deux fois avant de poster leurs insultes et menaces. Le message de ce procès est clair : le cyber-harcèlement ne sera plus impuni.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Caroline De Haas, cible de la haine du féminisme

Une campagne contre le cyber-sexisme cible Twitter

Le HCE veut “en finir avec l’impunité des violences faites aux femmes en ligne”

Sexisme sur internet : hébergeurs et FAI au rapport

Mobilisation contre l’incitation au viol sur internet

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com